La FED relève ses taux d'un quart de point

Xavier Trudeau
Mars 20, 2017

Dans ses nouvelles prévisions publiées mercredi, la Fed se montre toutefois beaucoup moins optimiste que l'administration Trump sur les futures performances de l'économie américaine. Elle était inévitable, après des années de taux artificiellement bas, destinés à lutter contre les forces déflationnistes liées à la crise financière de 2008-2009. Cette deuxième hausse de taux en trois mois prend acte en particulier d'un marché du travail qui "a continué à se renforcer" et d'une activité économique qui "a continué à croître à un rythme modéré", notamment à travers l'investissement des entreprises qui "semble s'être quelque peu raffermi".

Preuve de la prudence à la Fed, un de ses dirigeants Neel Kashkari s'est dissocié de ses neuf collègues du FOMC en votant contre le relèvement des taux et en assurant qu'il aurait préféré un statu quo à l'issue de cette réunion.

Dans un discours qu'elle a prononcé plus tôt ce mois-ci, la présidente de la Réserve fédérale, Janet Yellen, avait signalé que le rythme des prochaines augmentations des taux (une par an) ne serait pas aussi lent qu'en 2015 et 2016, et qu'une hausse serait appropriée en mars. L'objectif des "Fed funds " devrait donc passer à une fourchette comprise entre 0,75% et 1%.

La banque centrale chinoise a augmenté jeudi les taux d'intérêt de deux outils d'opérations d'open market, suite à la hausse des taux d'intérêt par la Réserve fédérale (Fed, banque centrale des Etats-Unis).

Alors que certains anticipent des conflits entre la Fed et l'administration Trump, Janet Yellen estime que la Banque centrale pourrait s'accommoder d'une politique de relance si l'accélération de la croissance provenait des politiques favorisant la productivité.

Other reports by CampDesrEcrues

Discuss This Article

FOLLOW OUR NEWSPAPER