L'assaillant a dit "Je suis là pour mourir par Allah" — Attaque d'Orly

Pierre Vaugeois
Mars 19, 2017

Samedi matin vers 06H55 (05h55 GMT), un homme tire sur trois policiers au cours d'un contrôle routier à Garges-lès-Gonesse, au nord de Paris, blessant légèrement l'un d'entre eux à la tête avec un pistolet à grenailles. Zyed Ben Begaem prend la fuite, et retourne dans bar de Vitry-sur-Seine, où il avait passé une partie de la nuit, comme l'avait révélé dans l'après-midi 20 Minutes. Puis il s'est rendu dans un bar de Vitry-sur-Seine dans le Val-de-Marne où il a menacé les clients avant de rejoindre Orly.

Sa trace est réapparue à une trentaine de kilomètres de là, en banlieue sud, où il a notamment volé une voiture, avant de gagner l'aéroport d'Orly-Sud situé non loin. "De toutes façons il va y avoir des morts", a rapporté le procureur au cours d'une conférence de presse. Il tente de s'emparer de l'arme de la militaire, un fusil-mitrailleur Famas, selon le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux.

Il se tient derrière la militaire, lui pointant son pistolet à grenaille sur la tempe, et empêchant les deux autres militaires de faire usage de leur arme.

Ils ont "ouvert le feu pour la protéger" et "protéger tout le public", a déclaré le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. Mains sur la tête! "Arme de poing à la main droite et sacoche en bandoulière, il a frappé cette dernière avec son bras gauche", explique le magistrat. Je suis là pour mourir par Allah. Je suis là pour mourir par Allah. Il a jeté au sol un sac contenant un bidon d'hydrocarbure. L'assaillant avait en sa possession un briquet et un paquet de cigarettes, ainsi que 750 euros et un coran. "Les deux minutes (de confrontation) avec les militaires démontrent de façon assez évidente la très forte volonté de l'agresseur".

Rappelons que l'assaillant qui est d'origine tunisienne, avait été condamné auparavant pour plusieurs délits dont le vol avec violence et trafic de stupéfiants. Placé dans un premier temps " sous mandat de dépôt", " il avait bénéficié d'une libération sous contrôle judiciaire le 28 septembre 2016 ". L'auteur de l'attaque avait par ailleurs été repéré comme radicalisé lors d'un séjour en prison, en 2011-2012. Selon "Le Parisien", qui cite une source policière, l'homme aurait fait l'objet de 44 signalements au fichier du TAJ (traitement des antécédents judiciaires). Le troisième individu placé en garde à vue est un cousin, né en juin 1981 et qui s'est présenté spontanément aux services de police. Dans le cadre de l'état d'urgence, il avait l'objet d'une perquisition administrative qui avait amené la police à découvrir chez lui de 4 clés USB et d'une carte SD dont l'exploitation n'avait rien donné.

Une enquête a été ouverte, notamment pour tentative d'homicide et tentative d'assassinat sur personnes dépositaires de l'autorité publique, en relation avec une entreprise terroriste, ainsi que pour association de malfaiteurs terroriste criminelle. "Le premier, c'est bien sûr le choix de la cible", a-t-il jugé. "L'opération de déminage est terminée". "Les vols départs et arrivées ont repris depuis 13h00 à Orly-Ouest et depuis 15h00 à Orly-Sud".

Mais "les 1.500 personnes qui se trouvaient" à bord "sont en train d'être débarquées", "donc nous sommes en train de revenir à la normale", a précisé Augustin de Romanet.

Vingt-neuf vols au total ont donc été déroutés, principalement vers l'aéroport de Roissy, selon la Direction générale de l'aviation civile (DGAC).

Other reports by CampDesrEcrues

Discuss This Article

FOLLOW OUR NEWSPAPER