Revenu universel : que propose exactement Benoît Hamon et pourquoi tant de haine ?

Amand Boissieu
Mars 13, 2017

Benoît Hamon l'a dit sans détour, jeudi 9 mars, sur le plateau de " L'Emission politique " de France 2. Quel sera son coût et son financement?

Benoît Hamon n'en finit plus de modifier son projet de revenu universel. Le revenu universel pour tous, tout de suite? "Le revenu universel vise à être versé à tous les Français avant le terme du quinquennat", explique-t-il par exemple au Youtubeur Hugo Travers.

Peu à peu, Benoît Hamon a, il est vrai, affiné sa proposition. "Les montants sont plutôt proches de quelques dizaines de milliards, sans rogner sur les ambitions", avait affirmé dans la foulée sa conseillère économique, Julia Cagé, aux Échos. En point d'orgue, encore une fois, le revenu universel. Cette mesure, dont le candidat du Parti socialiste a fait la pierre angulaire de son projet, est devenue, en quelques mois à peine, une marque de fabrique pour M. Hamon.

Cette "phase 1" devrait notamment comporter l'automatisation du "RSA socle": les personnes éligibles le percevront automatiquement, sans avoir à faire la demande auprès de l'administration. A l'issu du scrutin préliminaire à la Présidentielle 2017, il prévoyait une hausse du RSA de 10 % pour atteindre 600 euros, versés à toutes les personnes concernées. Cette extension du RSA est prévue depuis le début de la primaire de la gauche dans le programme du candidat. "Déconnecter le revenu du travail effectué" pour penser sa vie autrement n'est plus la priorité puisque l'allocation est réservée, pour plusieurs années, à ceux qui gagnent moins de 1,9 Smic. "Tout travailleur qui perçoit un salaire net jusqu'à 1,9 smic mensuel constatera une augmentation significative sur sa fiche de paie". "J'attaque la feuille de paie, j'augmente le salaire net", assène-t-il sur France 2. Ce dispositif se substituerait à l'actuelle prime pour l'emploi.

Un changement de philosophie: s'agit-il encore d'un revenu universel?

Le "vrai" revenu universel, touché par tout le monde, est renvoyé à une date inconnue, pas forcément pendant le quinquennat de Benoît Hamon. Ce à quoi se rallie aujourd'hui Benoît Hamon en renvoyant aux calendes grecques le vrai revenu universel. Il préfère parler d'abord de pouvoir d'achat et de redistribution des richesses pour relancer la croissance. Plus le mois de janvier et la primaire socialiste se rapprochent, plus Benoît Hamon tempère son discours sur les antennes, mais son programme en ligne ne bouge pas pendant longtemps.

Le revenu universel peut-il vraiment ne coûter que 35 milliards d'euros?

Sept mois plus tard, la première étape du revenu universel de Benoît Hamon s'apparente bien à une augmentation des minimas sociaux. Lors de l'Emission politique, il livre même en quelque sorte, les clés de son raisonnement sur le sujet: "J'avais affaire à des gens (...) qui disaient, le financement est délirant, ça coûte 300 milliards". Or, depuis, Benoît Hamon a ajouté à cette première phase le complément de revenus pour les actifs. Un moyen de réduire le coût de la mesure.

Pour financer sa mesure-phare, le candidat socialiste supprimerait des baisses de charges liées au crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

LES PLUS LUS CampDesrEcrues

SUIVRE NOTRE JOURNAL