200.000 victimes dans au moins 150 pays — Cyberattaque

Evrard Martin
Mai 15, 2017

Des ordinateurs dans au moins 150 pays ont été touchés depuis vendredi par une attaque informatique "sans précédent", affectant le fonctionnement de nombreuses entreprises et organisations, dont les hôpitaux britanniques, le constructeur automobile français Renault et le système bancaire russe. Il craint que le nombre de victimes continue à croître "lorsque les gens retourneront à leur travail lundi et allumeront leur ordinateur".

La cyberattaque mondiale qui frappe la planète depuis vendredi a fait "200.000 victimes, essentiellement des entreprises, dans au moins 150 pays", a affirmé le directeur d'Europol, Rob Wainwright, dans une interview dimanche à la chaîne britannique ITV.

"Nous menons des opérations contre environ 200 cyberattaques par an mais nous n'avions encore jamais rien vu de tel", assure-t-il.

Des dizaines de milliers d'ordinateurs dans une centaine de pays, dont la Russie, l'Espagne, le Mexique ou l'Italie, ont été infectés par le logiciel de rançon appelé WCry, WannaCry, WanaCrypt0r, WannaCrypt ou Wana Decrypt0r. La rançon est demandée en monnaie virtuelle bitcoin, difficile à tracer.

L'attaque est "d'un niveau sans précédent" et "exigera une enquête internationale complexe pour identifier les coupables", a indiqué l'Office européen des polices Europol, en précisant qu'une équipe dédiée au sein de son Centre européen sur la cybercriminalité avait été "spécialement montée pour aider dans cette enquête, et qu'elle jouera un rôle important".

Le service public de santé britannique (NHS), le géant américain de livraison de colis FedEx, le ministère russe de l'Intérieur, l'opérateur télécom espagnol Telefonica, la compagnie ferroviaire publique allemande Deutsche Bahn font partie des victimes.

Selon des experts en informatique, le virus fonctionne avec des dizaines de langages, ce qui montre la volonté des pirates de s'en prendre à des réseaux dans le monde entier.

Pour contrer l'attaque, Microsoft a décidé de réactiver une mise à jour de certaines versions de ses logiciels. Le nouveau logiciel d'exploitation (OS) Windows 10 n'est pas visé par l'attaque, souligne Microsoft.

Selon Symantec, 81 transactions avaient été enregistrées samedi à la mi-journée pour une valeur totale de 28.600 dollars. Nous menons un combat compliqué face à des groupes de cybercriminalité de plus en plus sophistiqués qui ont recours à l'encryptage pour dissimuler leur activité.

Le patron d'Europol a confirmé dimanche qu'il y avait eu "remarquablement peu de paiements jusque-là", sans donner de chiffres. Rob Wainwright, directeur d'Europol, a déclaré lors d'une conférence de presse que la menace d'une nouvelle cyberattaque était toujours bien présente, et que celle -ci pourrait survenir dans la matinée de lundi.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL