France-Nicolas Hulot à l'épreuve du pouvoir

Pierre Vaugeois
Mai 19, 2017

Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a estimé jeudi soir sur France 2 qu'il existait des "alternatives" au projet controversé d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), auquel il avait dit son hostilité avant sa nomination dans le gouvernement d'Edouard Philippe.

"Les trois sujets les plus frappants et les plus inquiétants, c'est le Premier ministre nucléariste, la présence de Nicolas Hulot qui pour nous est un crève-coeur, la présence a la tête de l'Education nationale de quelqu'un qui a été directeur de l'Essec (Jean-Michel Blanquer, NDLR), une école tout a fait remarquable, mais remarquable dans son genre", a poursuivi devant la presse l'ancien candidat à la présidentielle. Il s'était alors montré ouvert à l'étude de la modernisation de l'actuel aéroport de Nantes et avait lâché: " Aujourd'hui, on ne lancerait pas un projet du type de Notre-Dame-des-Landes ". Il avait aussi exclu un recours à la force pour évacuer les plusieurs centaines d'occupants de la " ZAD " (" zone à défendre "), qui refusent de quitter le site: " Je ne veux pas d'évacuation (.) il n'y aura pas de brutalité ".

"N'imaginez pas une seconde que Notre-Dame-des-Landes peut se faire avec Nicolas Hulot ministre d'Etat", a-t-il déclaré à France Inter.

Hulot, ex-envoyé spécial pour la planète de François Hollande, avait reconnu s'être trouvé "en porte-à-faux" avec le président socialiste à ce sujet. "Il va falloir se développer dans le domaine de l'efficacité énergétique, des énergies renouvelables, de la mobilité et des transports et se désinvestir de tout ce qui encourage l'utilisation des énergies fossiles, tout ce qui consomme des terres nourricières", expliquait-il.

Une réduction des nuisances sonores à Nantes est aussi mise en avant par les "pro-NDDL", les "anti" pointant la volonté de libérer de l'espace pour des projets d'aménagement urbain. Le référendum départemental organisé le 26 juin 2016 a récolté 55% de oui, mais la consultation portait seulement sur "êtes-vous pour ou contre Notre-Dame-des-Landes" et n'évoquait pas un agrandissement de l'actuel aéroport.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL