Pour Trump, premiers grains de sable économiques après la tempête politique

Claudine Rigal
Mai 20, 2017

Donald Trump est accusé d'avoir dévoilé des informations classifiées durant cet entretien. Cette rencontre s'est déroulée récemment à Washington.

Interrogé lors d'une conférence de presse à Sotchi avec le Premier ministre italien Paolo Gentiloni, le chef de l'Etat russe a manié l'ironie et la critique cinglante pour évoquer l'affaire des divulgations. Toujours selon Reuters, l'idée était de court-circuiter l'administration de la sécurité nationale américaine dont les deux chefs d'État se méfieraient.

Vladimir Poutine et Sergueï Lavrov.

Vladimir Poutine a notamment ironisé sur la tension et les remous provoqués aux USA par cette affaire. Le dirigeant russe a ainsi plaisanté en promettant d'adresser une " réprimande" à son ministre des Affaires étrangères parce qu'il "n'avait pas partagé ses informations secrètes" avec lui et avec les services spéciaux russes. Cette déclaration de Vladimir Poutine a d'ailleurs déclenché un fou rire chez Sergueï Lavrov et d'autres responsables russes.

M. Poutine a estimé qu'une "schizophrénie politique" régnait aux États-Unis.

Que vont inventer de plus ces personnes qui génèrent ces bêtises? Donald Trump a été accusé par le "Washington Post" d'avoir divulgué des renseignements concernant une opération préparée par le groupe jihadiste État islamique, lors d'une rencontre le 11 mai avec Sergueï Lavrov et l'ambassadeur russe aux États-Unis, Sergueï Kisliak, dans le Bureau ovale. S'ils ne comprennent pas qu'ils portent préjudice à leur propre pays, ils sont tout simplement stupides.

La présidence a publié un communiqué pour démentir ces informations quant au président, il a tweeté sur son compte son droit de divulguer certaines informations qu'il pense utile de partager.

Si elles sont confirmées, ces révélations pourraient bien avoir de lourdes conséquences pour le président américain Donald Trump.

Furieux contre Trump, le sénateur républicain américain John McCain a affirmé qu'il s'agissait d'un " message inquiétant aux alliés de l'Amérique et à ses partenaires dans le monde ".

Le chef de l'opposition démocrate du Sénat, Chuck Schumer, a exigé que la retranscription de la rencontre entre Trump, Lavrov et Kisliak soit transmise aux commissions du Renseignement du Congrès. La procédure d'impeachment pourrait donc être sollicitée en cas de nouvelles dérives.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL