Premier Conseil des ministres pour fixer le cap du quinquennat — Macron

Claudine Rigal
Mai 19, 2017

Même constat pour son Premier ministre, Edouard Philippe, crédité de 36% de confiance.

Le nouveau président de la République en a aussi profité pour livrer son discours de la méthode de l'action gouvernementale avec comme valeurs cardinales, la "solidarité", la "collégialité" et la "confidentialité".

Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner devrait ensuite connaître son baptême du feu face à la presse avec son premier compte-rendu du Conseil. Une équipe composée de 22 membres, 18 ministres et 4 secrétaires d'Etat.

La campagne des législatives continue de battre son plein avec la poursuite des dépôts des candidatures dans les préfectures.

M. Philippe a par ailleurs confirmé la nomination d'un médiateur dans le dossier de Notre-Dame-des-Landes et promis d'aller "beaucoup plus loin" dans le texte sur la moralisation de la vie publique attendu avant les législatives, précisant toutefois préférer "les règles claires plutôt que l'inquisition".

"J'en suis le garant et, là-dessus, je serai intraitable", a souligné le président, "le long terme est à l'Elysée, les arbitrages quotidiens ou de moyen terme sont faits à Matignon". Alain Juppé s'est affiché au côté de François Baroin pour... Mais "ils sont très isolés".

Avec Bruno Le Maire à l'Economie et Gérald Darmanin à l'Action et aux Comptes publics, Emmanuel Macron confie aussi Bercy à la droite, toujours plus fractionnée, tandis que les socialistes entrés dans ce nouveau gouvernement affaiblissent encore un peu plus le PS.

Parmi eux figurent quatre socialistes (dont deux avaient rejoint En Marche!), deux radicaux de gauche, trois centristes, deux LR, les autres provenant de la société civile.

L'escrimeuse, double-championne olympique Laura Flessel, ministre des Sports, l'éditrice Françoise Nyssen (Actes Sud), ministre de la Culture, ou Muriel Pénicaud, ministre du Travail, feront aussi une entrée remarquée dans le grand bain de la politique avec huit autres représentants de la société civile.

Nicolas Hulot attirera également la lumière des projecteurs.

Emmanuel Macron ne bénéficie pas d'un état de grâce, avec une première cote de confiance inférieure à celle de François Hollande, Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac au même moment, selon un sondage Elabe pour Les Echos et Radio Classique publié jeudi.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL