Ses premiers mots à Emmanuel Macron, élu président — François Hollande

Amand Boissieu
Mai 15, 2017

Emmanuel Macron a remporté l'élection présidentielle avec 66,1 % des voix contre sa rivale du second tour, Marine Le Pen, qui en recueille 33,9 %, selon les résultats quasi définitifs du ministère de l'intérieur. Il était notamment aux côtés d'Anne Hidalgo, la maire de Paris, de Valérie Pécresse, la présidente de la région Île de France, de Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale et de son premier ministre, Bernard Cazeneuve. "La tâche est immense, je vous servirai!", a-t-il martelé, avant d'être rejoint sur scène par son épouse Brigitte.

Le second tour a été marqué par la plus forte abstention depuis 1969 (près de 25%). Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a quant à lui appelé à une coopération entre les deux pays pour une Europe stable, prospère et plus intégrée.

L'entraînant dans son sillage, lui présentant les participants, lui posant la main sur la nuque, François Hollande a montré tout au long de cette cérémonie la bienveillance et l'affection qu'il portait à Emmanuel Macron. "François Hollande l'a invité à participer à ces commémorations et Emmanuel Macron a accepté", avait indiqué la présidence de la République au Figaro en fin de semaine dernière.

A la tête d'En Marche!, mouvement " et de droite, et de gauche " créé il y a un an, il a écarté les deux grands partis de gouvernement, le PS et Les Républicains (LR), boutés hors de l'Elysée pour la première fois.

En définitive, Emmanuel Macron a donc été élu par seulement 43,6% des électeurs inscrits, alors que le total de l'abstention et des votes blancs et nuls atteint 34%. "C'est vrai que j'ai suivi Emmanuel Macron (.) mais c'est à lui maintenant de continuer sa marche", a également déclaré le chef de l'Etat.

"Lundi, je serai un citoyen de France et je serai attentif à la situation de mon pays, je serai prêt à toutes les sollicitations qui me seront faites pour être utile".

" Je n'aurai pas d'état de grâce", a-t-il lui-même prévenu vendredi.

Le mandat de François Hollande expire officiellement dimanche prochain et la passation aura lieu durant le week-end.

Après sa victoire à la présidentielle en France marquée par un score historique de l'extrême droite, et avant de s'atteler à la composition de son futur gouvernement en prévision des législatives, Emmanuel Macron a assisté lundi aux cérémonies du 72e anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945.

Une partie de la presse salue, un brin lyrique, "l'épopée spectaculaire" (Les Echos), "l'écrasante victoire, l'incroyable exploit, l'audace sans pareille" (Le Figaro) ou encore "l'opération politique magistrale" (Mediapart) du fondateur d'En Marche!.

"Il a été difficile de mobiliser les gens pour Emmanuel Macron, qui ne colle pas à la population du bassin minier", a commenté l'adversaire écologiste de M. Briois à Hénin, Marine Tondelier. Il souhaite par ailleurs "dès l'été" réformer le droit du travail par ordonnances, malgré l'opposition à gauche et les réserves exprimées par son allié François Bayrou, qui prône le "dialogue". Je lui adresse tous mes vœux de réussite.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL