Deux attaques terroristes font six morts et 48 blessés — Attentat à Londres

Xavier Trudeau
Juin 5, 2017

Les trois hommes ont été abattus par la police.

Le quartier de Borough Market, sur la rive sud de la Tamise, restait bouclé dimanche à la mi-journée par des policiers armés, tandis que les enquêteurs cherchaient à déterminer si les auteurs avaient bénéficié de complicités.

"L'attentat qui a frappé Londres dans la nuit de samedi à dimanche est une "nouvelle attaque abominable et lâche contre nos sociétés libres", condamne la présidence".

Trois assaillants à bord d'une camionnette ont foncé dans la foule sur le London Bridge puis attaqué des passants au couteau, faisant six morts, avant d'être abattus par la police.

L'attentat n'a pas été revendiqué mais la Première ministre, Theresa May, l'a lié à "l'idéologie malfaisante de l'extrémisme islamiste" dans une courte déclaration devant le 10, Downing Street, peu après une réunion de crise. L'attentat, qui n'a pas encore été revendiqué, dimanche matin, s'est produit quelques minutes après la fin de la finale de la Ligue des champions, dans un quartier où beaucoup de spectateurs s'étaient rassemblés pour suivre le match dans les bars.

23H46. La police diffuse un message d'urgence pour demander aux Londoniens de se mettre à l'abri, de mettre leur téléphone portable en mode silencieux et d'appeler la police en cas de besoin - mais seulement si l'appelant ne se met pas en danger.

Les policiers ont été appelés à 22h08 locales (21h08 GMT) suite à des témoignages faisant état d'une camionnette fonçant contre la foule sur le pont de London Bridge.

Là, les assaillants ont quitté le véhicule et plusieurs personnes ont été poignardées, dont un membre de la police des transports, grièvement blessé au visage et à la jambe. "Les suspects portaient ce qui ressemblait à des vestes explosives, qui se sont révélées fausses", a-t-il précisé.

Ce concert est maintenu et se déroulera "avec des contrôles de sécurité renforcés", a annoncé dimanche la police de Manchester. "J'ai vu une camionnette heurter la rambarde de London Bridge, puis un homme sortir avec un couteau pour se diriger vers un bar", a déclaré Dee, une habitante de Londres de 26 ans à l'AFP.

Stations de métro et rue fermées, fêtards enfermés dans les bars et restaurants, voitures de police passant toutes sirènes hurlantes: les quartiers visés sont passés samedi de la fête au cauchemar en quelques minutes.

Gerard Vowls, un quadragénaire, témoigne avoir vu une femme poignardée à une douzaine de reprises par les trois hommes.

Le président français Emmanuel Macron a assuré que la France était "aux côtés du Royaume-Uni", comme la chancelière Angela Merkel, qui a souligné que l'Allemagne était "résolument aux côtés de la Grande-Bretagne".

Le président Donald Trump a offert "le soutien total" des Etats-Unis après ce "brutal attentat terroriste" dans un entretien téléphonique avec Theresa May.

Les signes de solidarité se sont multipliés à travers le monde.

Les condamnations se sont multipliées dimanche, le maire de Londres Sadiq Khan évoquant des "actes barbares". Le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn a adressé ses "pensées" aux "victimes et leurs familles". La Grande-Bretagne a encore été victime d'un attentat qui a fait 22 morts le 22 mai à Manchester, lorsqu'un Britannique s'est fait exploser à la sortie d'un concert. L'assaillant, Khalid Masood, un Britannique converti à l'islam, avait été tué.

Comme les deux précédentes, l'attaque de samedi a été revendiquée par l'EI, contre qui le Royaume-Uni a effectué ces dernières années des raids aériens en Irak et en Syrie.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL