France : François Bayrou et Marielle de Sarnez quittent le gouvernement

Amand Boissieu
Juin 26, 2017

C'est le 9 juin dernier que le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après qu'un ex-collaborateur du MoDem soit venu faire un signalement pour évoquer l'opacité entourant la prise en charge de ses salaires via le parlement européen. Il a également affirmé, lors d'une conférence de presse dans l'après-midi, ne pas vouloir gêner le gouvernement, en l'exposant à "une campagne mensongère". "J'ai donc l'intention de l'aider mais je pense que je l'aiderais mieux avec ma liberté de parole qu'avec un bâillon".

Marielle de Sarnez, son bras droit depuis des années, quitte elle aussi le gouvernement pour prendre la tête du groupe MoDem à l'Assemblée, composé de 42 députés.

Au ministère des Armées, la présidence française a nommé la haut-fonctionnaire Florence Parly après le renoncement de Sylvie Goulard. (...) François Bayrou ment quand il dit le contraire. "Un choix personnel" qui "simplifie la situation", a réagi Christophe Castaner, porte-parole de l'équipe d'Edouard Philippe.

Pour 65% des Français, le maintien de François Bayrou au gouvernement serait "plutôt un handicap pour Emmanuel Macron", contre 35% qui jugent que ce serait un atout. Même son de cloche du côté de Brice Hortefeux (LR) qui a moqué le nombre de départs sur RTL: " À ce rythme-là, cela veut dire qu'on userait 180 ministres pendant le quinquennat.

Son départ, conjugué à ceux de Mmes de Sarnez et Goulard, conclut un mois et demi de tensions débutées pendant les investitures aux législatives.

Marielle de Sarnez: Fidèle parmi les fidèles de François Bayrou, Marielle de Sarnez a donc emboîté le pas de son leader. Les défections des représentants du MoDem et, dans une moindre mesure, de celle du chef de file de La République en marche (LRM), obligent Emmanuel Macron à revoir complètement son dispositif et sans doute les équilibres politiques de son gouvernement.

"En raison de ma fonction de garde des Sceaux (.), la seule personne en France qui ne puisse pas se défendre contre calomnies et dénonciations diffamatoires et abusives, c'est le ministre de la Justice, le seul qui soit obligé de se taire même devant l'injustice", a déclaré François Bayrou.

"Il a des qualités qui peuvent être utiles". Le parti reste toutefois représenté au sein de ce gouvernement. Défier Edouard Philippe? "Il ne le fera pas deux fois", affirmait cet élu de la mouvance des "constructifs". Ou bien de Corinne Lepage qui, dans un livre datant de 2014, dénonçait des emplois fictifs au MoDem? Il estime être la véritable cible des accusations, qui n'ont selon lui aucun fondement.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL