France/législatives : le parti du président Emmanuel Macron en tête au premier tour

Amand Boissieu
Juin 12, 2017

Un mois après son entrée à l'Elysée, Emmanuel Macron est en position de force pour s'assurer une majorité pléthorique après un premier tour des législatives où son parti a laminé tous ses adversaires, sur fond d'abstention record. Le PS et son allié PRG obtiennent 9,5 % et sont légèrement devancés en voix par La France insoumise (11 %) de Jean-Luc Mélenchon.

Contrairement aux partis d'opposition qui voient dans l'abstention l'expression d'un rejet vis à vis de la politique, les proches du président interprètent le score du premier tour comme un message de soutien au programme que souhaite mettre en oeuvre le jeune président de la République. Selon le décompte du Monde, ce chiffre s'approche plutôt des 69 candidats, et ce, en incluant les candidats communistes soutenus par La France insoumise, ainsi de Marie-George Buffet et Stéphane Peu en Seine-Seine-Denis.

Il s'agit néanmoins d'un "recul sans précédent de la gauche", a reconnu le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, éliminé dans sa circonscription parisienne comme les anciens ministres Mathias Fekl, Pascale Boistard, Aurélie Filippetti, François Lamy, Kader Arif, Christian Eckert.

Les ministres-candidats sont arrivés largement en tête dans leur circonscription. Najat Vallaud-Belkacem est en mauvaise posture à Villeurbanne. Suivent la droite LR-UDI-DVD à 21,56% et le FN à 13,20%. Dont une partie devrait soutenir la majorité présidentielle.

Le collectif syndical et associatif "Front social" a prévu dès le 19 juin, au lendemain du second tour, des rassemblements dans plusieurs villes "contre Macron et ses ordonnances" réformant le marché du travail. Avec un score de 13,2% très éloigné de celui de Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle (21,3%). Marine Le Pen, en tête avec 46 % des voix dans le Pas-de-Calais, a centré sa riposte sur le "taux d'abstention catastrophique" qui "pose la question du mode de scrutin" majoritaire. Toutefois le parti macroniste est en passe d'obtenir une des plus larges majorités de la Ve République, sans effacer le record de l'UDF-RPR en 1993 (484 sièges).

Selon les projections réalisées à partir de ces premières estimations: LRM obtiendrait entre 415 et 455 sièges sur 577; LR, entre 70 et 110; le PS, qui contrôlait la moitié de l'Assemblée nationale sortante, obtiendrait entre 20 et 30 sièges, soit son plus bas historique; LFI entre 8 et 18 sièges; Le FN, qui ne comptait que deux députés, obtiendrait entre 1 et 5 sièges. Cinq d'entre eux virent nettement en tête: Richard Ferrand, malgré une affaire immobilière qui a terni la campagne de la REM, Christophe Castaner, Bruno Le Maire, Marielle de Sarnez et Mounir Mahjoubi. Seule Annick Girardin fera face à un second tour délicat à Saint-Pierre-et-Miquelon. En 2012, 36 députés l'avaient emporté dès le premier tour, et 109 en 2007.

L'Assemblée nationale sera en tout état de cause profondément renouvelée à l'issue du second tour dimanche prochain. Dans les prochaines semaines, le Parlement devra examiner la prorogation de l'état d'urgence jusqu'au 1er novembre, ainsi que le projet de loi sur la moralisation de la vie publique porté par le garde des Sceaux François Bayrou.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL