Ingérence russe : la riposte de Donald Trump

Claudine Rigal
Juin 11, 2017

Cet aspect du dossier intéressait particulièrement les sénateurs car il pouvait trahir une tentative d'obstruction à la justice de la part de l'hôte de la Maison blanche.

Et les sénateurs républicains sont extrêmement ennuyés par son témoignage.

Malgré cette réplique cinglante, le président américain n'est pas allé jusqu'à accuser James Comey d'avoir menti devant la commission du Sénat et d'avoir commis un parjure.

Comey n'est pas allé jusqu'à affirmer que Trump lui avait ordonné d'abandonner l'enquête lors d'un tête à tête le 14 février et c'est sur cette incertitude que Marc Kasowitz, l'avocat de Trump, a principalement bâti la défense de son client.

Lors d'une conversation en tête à tête avec, James Comey, Donald Trump a notamment laissé entendre qu'il souhaitait que Comey renonce à son enquête sur les relations entre l'ancien conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn, et la Russie.

" J'espère que vous pourrez passer à autre chose, laisser tomber Flynn".

Des révélations qui compliquent la situation pour le président américain très critiqué après le licenciement du directeur du FBI.

A l'occasion de son audition ayant eu lieu jeudi 8 juin dernier, James Comey n'a pas manqué de faire allusion à ce tweet menaçant de Donald Trump.

"Le jour où j'ai appris que j'avais été limogé, je suis rentré chez moi en tant que simple citoyen, mais les explications qui ont été données m'ont perturbé". J'avais eu de nombreuses conversations avec le président, et il m'avait dit à plusieurs reprises qu'il appréciait mon travail et qu'il espérait que je resterais à mon poste (.) Quand j'ai vu le président à la télévision dire que j'avais été limogé à cause de l'enquête sur la Russie, je n'ai pas compris.

"Il a par ailleurs accusé l'administration Trump de l'avoir diffamé ainsi que le FBI, en affirmant que l'agence était en déroute, qu'elle était mal gérée et que ses employés avaient perdu confiance dans leur directeur".

James Comey est même allé jusqu'à dire qu'il espère que le président des Etats-Unis a enregistré leurs conversations dans le Bureau ovale. Sauf que "c'est totalement faux et je regrette que les gens aient pu lire ça dans les médias", s'est-il ensuite défendu. Avant d'ajouter: "Le FBI est honnête". Comme l'a annoncé vendredi la chaîne CNN, les avocats de Trump envisagent de porter plainte contre James Comey.

Juste après la première partie de l'audition, une porte-parole de la Maison Blanche, répondant à la question d'un journaliste, a assuré que Donald Trump "n'est pas un menteur". Mais il a tout de même interprété les paroles du président comme une instruction. Un point sur lequel il n'y a pas de doute, selon lui. Un peu plus tard, il a précisé sur un ton résolu: "il y a eu des interférences hostiles des Russes dans nos élections, avec des moyens sophistiqués très puissants". Donald Trump utilise régulièrement le réseau social pour réagir. " J'ai pris ces propos comme une consigne ", lui a rétorqué James Comey. "Nous en parlerons en session fermée", a-t-il simplement rebondi. James Comey, ex-directeur du FBI, a livré jeudi au Sénat un témoignage éminemment dommageable pour la crédibilité de M. Trump et l'intégrité de la fonction présidentielle. Et si Donald Trump réfute une à une les accusations de James, Comey, il retient aussi ses déclarations, quand ça l'arrange.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL