Iran: Douze morts dans le double attentat à Téhéran

Claudine Rigal
Juin 9, 2017

Le guide suprême iranien Ali Khamenei a minimisé l'effet de ces attentats.

'Des combattants de l'EI ont attaqué le mausolée de Khomeiny et le siège du Parlement à Téhéran', a indiqué l'agence Amaq, l'organe de propagande de l'EI, en citant 'une source de sécurité'. Le ministère de l'Intérieur a affirmé que les six hommes à l'origine de ces attaques étaient morts. Trois des attaquants ont été finalement tués par les forces de sécurité alors que le quatrième s'est fait exploser.

La Tunisie a condamné mercredi avec force le double attentat terroriste à Téhéran commis contre le siège du parlement iranien et le mausolée de l'Ayatollah Khomeini et qui ont fait plusieurs morts et blessés.

Ils étaient déguisés en femmes, selon le vice-ministre de l'Intérieur Hossein Zolfagari. Par ailleurs, l'une d'elle était menée par le président du Parlement Ali Larijani. Les forces de sécurité ont donné l'assaut au Parlement. L'agence Ilna a fait état de plusieurs blessés.

Des attaques sont régulièrement menées par des groupes extrémistes sunnites dans la province de Sistan Balouchistan (sud-est) et au Kurdistan (nord-ouest) depuis quelques mois.

Ce mercredi 7 juin, une fusillade a éclaté au sein du Parlement iranien alors qu'au même moment, un kamikaze s'est fait exploser au mausolée de l'imam Khomeiny à Téhéran. D'après le ministère des Renseignements, un autre groupe d'assaillants a été neutralisé à Téhéran avant de pouvoir passer à l'action. Le pays a souligné une nouvelle fois "la nécessite de coordonner la lutte antiterroriste". D'autres pays, dont les relations avec Téhéran sont "difficiles", ont également condamné ces attentats.

La réaction du président américain aux attaques de Téhéran est "répugnante", a réagi jeudi dans un tweet le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif.

En dépit des vives tensions avec l'Iran, les Emirats arabes unis ont dénoncé une "attaque terroriste (.) dirigée contre des innocents".

Bien que Washington combatte aussi l'EI, le président américain Donald Trump a estimé après les attentats de Téhéran que "les Etats qui appuient le terrorisme risquent de devenir les victimes du mal qu'ils soutiennent". Ces 'pétards n'auront aucun effet sur la détermination du peuple iranien', a dit le guide, selon son site officiel.

L'organisation Etat islamique avait diffusé une vidéo de sa wilayat Diyala (région au nord-ouest de Bagdad en Irak, sur la frontière iranienne) fin mars, menaçant la République islamique d'attaques sur son sol.

L'Iran envoie des conseillers militaires et aussi des volontaires iraniens, mais aussi afghans et pakistanais pour épauler l'armée syrienne contre les groupes rebelles et les groupes jihadistes.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL