Les Etats-Unis moins nuisibles hors de l'accord — Négociations climat

Xavier Trudeau
Juin 3, 2017

Les États-Unis s'isolent et tournent le dos à l'Accord de Paris sur le climat, fragilisant du même coup les gains contre le réchauffement climatique de cette entente historique signée par 195 pays en 2015.

Renouant avec le message d'"America first" de sa campagne, le président américain a justifié sa décision en dénonçant un accord néfaste pour l'économie américaine, destructeur d'emplois et de la souveraineté du pays. Trump avait précisément dit vouloir négocier un "nouvel accord" ou renégocier l'accord de Paris.

Le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont "confirmé leur engagement commun et résolu pour mettre en oeuvre l'accord de Paris" sur le climat, lors d'une conversation téléphonique, a-t-on appris auprès de la présidence française.

Les États-Unis sont les deuxièmes plus grands émetteurs de gaz à effet de serre au monde, derrière la Chine.

"En tant un homme qui se soucie à un haut niveau de l'environ, je ne peux, en bonne conscience, appuyer quelque chose qui punit les Etats-Unis".

Selon des sources diplomatiques, le vice-président américain Mike Pence a appelé jeudi soir la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, pour lui expliquer la décision de Washington et réaffirmer "la solidité et la profondeur des relations entre les Etats-Unis et l'UE".

Mais les critiques ont aussi fusé de toutes parts aux États-Unis.

Elon Musk, par exemple, le très médiatique PDG du constructeur de voitures électriques Tesla et ardent défenseur des énergies renouvelables, a immédiatement quitté les différents cénacles de grands patrons conseillant Donald Trump, suivi par le PDG de Disney. "Et ils ne le feront pas", a dit le président. Géant mondial de l'automobile, General Motors a ainsi assuré à l'AFP que sa position sur le changement climatique "n'avait pas changé". "Le changement climatique est réel". Mais Donald Trump veut détricoter le "Clean Power Plan ".

Les entreprises québécoises qui doivent payer un coût carbone pour leurs activités risquent d'être moins compétitives sur le marché américain, s'inquiète la présidente du Conseil patronal de l'environnement du Québec, Hélène Lauzon. "J'estime que les États-Unis devraient se trouver à l'avant-garde".

"L'Union européenne est en train de resserrer ses liens avec la Chine et le Canada, et avec les pays les plus affectés par le changement climatique", s'est réjoui Wendel Trio, directeur du réseau d'ONG Climate action network Europe.

Les gouverneurs démocrates des puissants Etats de New York, Washington sur la côte ouest, et de la Californie, qui représentent un cinquième de la population américaine, ont ainsi décrété une "alliance pour le climat". "Sans la participation des États-Unis, il sera plus difficile d'atteindre les objectifs de l'accord de Paris, mais le reste du monde va continuer à appliquer cet accord", a-t-il déclaré.

Attribuée par les scientifiques aux gaz à effet de serre issus des activités humaines, la dynamique de réchauffement a abouti en 2016 à l'année la plus chaude jamais enregistrée depuis le début des relevés au dix-neuvième siècle.

Le chanteur et acteur John Legend ne ménage pas non plus le président Donald Trump sur les réseaux sociaux: "Trump est notre honte national".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL