Les Français approuvent la sortie des ministres Modem du gouvernement — Sondage

Amand Boissieu
Juin 25, 2017

Le ministre de la Justice et la secrétaire d'Etat aux Affaires européennes ont annoncé qu'ils ne feront pas partie du prochain gouvernement. François Bayrou, qui a démissionné ce mercredi de son poste de ministre de la Justice, n'a pas voulu exposer Emmanuel Macron à une " campagne mensongère " a-t-il expliqué.

En tant que Garde des Sceaux, il devait porter une loi sur la moralisation de la vie publique qui, selon le président du MoDem, devait être torpillée à travers des attaques sur sa personne et sur l'intégrité des membres de son parti. Un remaniement "technique" devenu politique bien plus important que prévu.

Le parti centriste fait l'objet d'une enquête depuis début juin sur l'emploi de ses assistants parlementaires européens.

François Bayrou avait apporté un soutien précieux à Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle.

Même s'il quitte le gouvernement, il a affirmé tout aussi fermement qu'il venait de le faire sur l'innocence du MoDem, qu'il soutenait toujours Emmanuel Macron, sans aucune restriction: "je serai aux côtés du Président de la république pour le soutenir et l'aider dans une alliance à laquelle je tiens". Mardi dernier, par déclarations interposées, François Bayrou et Édouard Philippe se sont envoyé des propos aigres-doux. L'exécutif maintien par ailleurs "l'objectif" d'annoncer le gouvernement avant 18 heures. Le député Thierry Solère, chef de file officieux des "constructifs" à l'Assemblée, a prononcé mercredi le divorce des droites au Parlement en annonçant la création d'un groupe dissident de celui des Républicains (LR) avec l'aide des centristes de l'UDI. Son bras droit, la ministre des Affaires européennes Marielle de Sarnez, a fait de même dans la foulée. Son départ permet donc de faire passer cette loi plus facilement.

On note également le retour du MoDem après le départ de ses ténors (Bayrou, de Sarnez, Goulard) avec la nomination de la sénatrice Jacqueline Gourault comme ministre auprès du ministre de l'Intérieur et celle de Geneviève Darrieussecq comme secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Armées. "Je ne souhaitais pas exercer" la charge de ministre des Armées "sans pouvoir m'y consacrer à temps plein, en étant détournée par des considérations qui ne sont pas à la hauteur des attentes que porte ce ministère", a-t-elle expliqué.

Retrouvez cet article sur Francetv infoGille Boyer, proche d'Edouard Philippe et d'Alain Juppé, nommé conseiller à MatignonL'ex-ministre Richard Ferrand élu président du groupe La République en marche à l'AssembléeVIDEO.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL