Les surprenantes confidences de son ex-garde du corps — Emmanuel Macron

Claudine Rigal
Juin 26, 2017

"Ma vie a basculé au côté d'Emmanuel Macron", confie aujourd'hui dans le Journal du Dimanche (JDD) celui que l'on surnomme Makao, que l'on a vu souvent pendant la campagne du candidat d'En Marche! car ce colosse de 2,13 mètres et de 140 kg était chargé de veiller sur la sécurité du futur président.

Celui qu'il appelle "le chef " et sa compagne sont rapidement devenus bien plus que des personnalités sous sa protection: "Le chef et Brigitte, c'est une famille".

S'il a ensuite dû passer le relais aux membres du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) après l'élection, Makao qui a perdu sa mère il y a trois ans alors qu'il venait d'arriver de Kinshasa (République démocratique du Congo) se souvient des bon moments passés auprès du couple: "Le chef et Brigitte, c'est une famille".

Le président de la République l'avait recruté un an auparavant sur les conseils d'un cadre de l'agence Chauffeur Privé. Même à Amiens chez Whirlpool, alors que ça chauffait.

Au cours de cet entretien, Makao est également revenu sur la soirée du 7 mai dernier durant laquelle Emmanuel Macron a prononcé son discours devant la pyramide du Louvre: "Il a demandé à entrer seul dans le pouvoir, sans sécurité. Moi je suis resté près des barrières avec Magic System et Line Renaud", ajoute-t-il.

A lire aussi - Emmanuel Macron: le président fait-il vivre un enfer aux ministres? Le sportif envisage d'écrire un jour ses mémoires de campagne en tant que garde du corps qui s'intituleront De zéro à héros. "Le chef a été happé par sa fonction, je n'ai pas encore eu l'occasion de lui parler", explique-t-il.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL