Macron en passe d'obtenir une large majorité à l'Assemblée nationale — France-Législatives

Amand Boissieu
Juin 12, 2017

A droite, les responsables du parti Les Républicains, sonnés par l'ampleur de leur défaite au premier tour, se sont pour leur part engagés lundi à resserrer les rangs d'ici le second tour, avant de penser à la "reconstruction" d'un parti désormais déchiré. A noter que Tepuaraurii Teriitahi a été éliminé dans la 2eme circonscription de Polynésie Française.

47 millions d'électeurs sont appelés à se rendre dans les bureaux de vote, ouverts depuis 8h00 en métropole pour ce premier tour des législatives, dont une clé sera le taux de participation.

Le parti centriste du président français Emmanuel Macron se dirige vers une très large majorité à l'Assemblée, un atout décisif pour la mise en œuvre de réformes économiques et sociales délicates, très attendues par ses partenaires européens. Elle est évaluée entre 40% et 51% dans les dernières enquêtes.

"L'effet de souffle de la présidentielle" fait que les intentions de vote en faveur des candidats de la REM dépassent souvent largement le score réalisé par Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle, note Frédéric Dabi, directeur-adjoint de l'Ifop.

Le Premier ministre Edouard Philippe a estimé que les Français avaient confirmé leur "attachement dans le projet de renouvellement, de rassemblement et de conquête" de M. Macron. La première a récolté 1538 voix (25,9%) et la seconde 1286 voix (21,6%).

Accèderont au second tour les deux candidats arrivés en tête au premier et ceux ayant obtenu plus de 12,5% des inscrits, une barre particulièrement haut placée lorsque l'abstention est élevée.

Après un score historiquement bas à la présidentielle (6,3%), les socialistes, au pouvoir pendant le quinquennat du président Hollande jouent leur survie: une partie de leurs électeurs les a déjà quittés pour Emmanuel Macron, d'autres se sont tournés vers la gauche radicale. Il était suivi par une foule de curieux.

Pour Gaël Sliman de l'institut de sondages Odoxa, malgré son "triomphe", M. Macron n'a pas remporté "un vote d'adhésion". Il a glissé son bulletin dans l'urne à la mairie, sans faire de déclaration, avant de saluer les membres du bureau de vote. Dans la seule circonscription où le sortant (Alfred Marie-Jeanne) ne se représentait pas, un duel opposera une ancienne présidente de Conseil général Josette Manin (DVG) à un ancien député DVG, Philippe Edmond-Mariette. Le président s'est entretenu brièvement avec lui en mairie.

"Au deuxième tour, ne donnez pas et ne permettez pas que soient donnés les pleins pouvoirs au parti du président", a pour sa part demandé Jean-Luc Mélenchon.

Ce succès est aussi le fruit de compromis de M. Macron, qui a transigé avec sa promesse de présenter des candidats dans toutes les circonscriptions sans nouer d'accords d'appareil, et qui a concédé quelques "gestes politiques" en direction de ténors de gauche ou de droite (Marisol Touraine, Thierry Solère.) qui n'ont pas eu à affronter de candidat REM.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL