Nathalie Kosciusko-Morizet a été aggressée à Paris — Législatives

Evrard Martin
Juin 19, 2017

L'agresseur présumé de Nathalie Kosciusko-Morizet, qui va être présenté à la justice, "a reconnu avoir insulté" l a candidate LR vaincue dimanche aux législatives à Paris, mais il a contesté toute violence physique à son encontre, a-t-on appris de source proche de l'enquête. La candidate LR aux législatives a reçu la visite du Premier ministre.

La candidate, déséquilibrée, est tombée et a perdu connaissance plusieurs minutes après ce vif échange, qui a eu lieu sous une forte chaleur, a constaté une journaliste de l'AFP.

NKM avait eu une fin de campagne perturbée par l'agression par un passant, le maire sans étiquette d'un village normand depuis placé en garde à vue, sur un marché. Se tenant la tête, elle a été installée dans leur camion et conduite à l'hôpital Cochin.

Samedi, à la veille du second tour des législatives, cet homme, maire de Champignolles (Eure), s'était rendu de lui-même à la convocation des policiers chargés de l'enquête sur cette altercation qui avait provoqué la chute et l'évanouissement de l'ancienne ministre jeudi sur un marché parisien où elle distribuait des tracts.

Jusque-là députée de l'Essonne, Nathalie Kosciusko-Morizet a hérité d'une circonscription laissée vacante par François Fillon et réputée imperdable pour la droite. Elle est toutefois en ballottage défavorable face au candidat REM Gilles Le Gendre.

Je tiens à témoigner à @nk_m toute ma solidarité et lui souhaite de se rétablir au plus vite après cette agression.

Elle avait été très critiquée dans ses propres rangs pour avoir en cours de route changé de circonscription, passant de l'Essonne à la 11e de Paris avant de se faire investir dans la 2e.

"NKM" a remercié les personnes lui ayant témoigné leur soutien, en particulier le premier ministre Edouard Philippe et le président Emmanuel Macron qui lui a, a-t-elle dit, envoyé un SMS. Nous avons besoin d'elle. Vœu de prompt rétablissement.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL