Rencontre entre Lutgen et Maingain à Bruxelles

Claudine Rigal
Juin 26, 2017

Pour Écolo en revanche, le décumul intégral est la mesure n°1 de la vingtaine de propositions que le parti a avancées la semaine dernière pour "refonder la démocratie et assainir la vie politique", suivie juste derrière par le plafonnement des rémunérations à 100% de l'indemnité parlementaire, en ce compris les revenus générés par des activités dans le privé.

"Je viens avec des mesures de gouvernance déjà élaborées en janvier par le MR lors de l'affaire Publifin afin de les confronter aux idées d'Ecolo", a dit M. Chastel à son arrivée.

Ces discussions sur la réforme de la gouvernance, avait-il ajouté, peuvent toutefois se mener en parallèle à des discussions sur les dossiers socio-économiques, la crise politique actuelle ne pouvant s'éterniser, selon lui.

Pour Écolo, il est au contraire prématuré de discuter de futures majorités en Wallonie ou à Bruxelles.

"Nous sommes ici pour trouver des majorités qui soutiendront nos propositions en matière de gouvernance", avait souligné la co-présidente des Verts Zakia Khattabi.

Et puis il y a les trois gouvernements et les trois parlements qui devraient reprendre leur travail, avec par exemple à Namur cette semaine le vote de l'ajustement budgétaire, comme si de rien était. "Cela fait tellement longtemps qu'on en parle".

Les co-présidents d'Ecolo poursuivront en tout cas leur tour de table avec le PS et Défi mercredi matin. Il espère commencer de la sorte une phase d'"analyse approfondie". "Après la phase de dialogue, une phase d'analyse approfondie doit se mettre en place dans les prochains jours", a indiqué M. Lutgen dans un communiqué.

"Dans ce cadre, le Bureau politique du cdH fait preuve de la plus grande ouverture pour envisager toutes les réformes utiles avec volontarisme pour restaurer la confiance", a précisé le parti. "J'ai ouvert la porte à ce nouvel espoir d'une alternative au PS. Chacun devra se positionner", a déclaré M. Lutgen". DéFI réclame une forme de mise à l'écart de l'ex-ministre étant donné son inculpation pour prise illégale d'intérêt dans la gestion de son cabinet de l'Intérieur sous la législature précédente. De son côté, le président du cdH a fait une entrée qui n'est pas passée inaperçue.

Lundi passé, le cdH a annoncé qu'il rompait son alliance avec le PS en Wallonie, à Bruxelles et en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Assiste-t-on à un nouveau coup dur dans la constitution de nouvelles majorités en Belgique francophone? Outre la réunion de mardi avec le MR, il est question d'une réunion jeudi avec les écologistes.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL