Une large majorité pour un départ de François Bayrou du gouvernement

Amand Boissieu
Juin 22, 2017

Après avoir fait valoir que cette décision était "d'ordre personnel", les ministre de la Justice François Bayrou, allié-clé d'Emmanuel Macron, et son bras droit, la ministre des Affaires européennes Marielle de Sarnez, eux aussi cités dans l'enquête judiciaire en cours sur les pratiques du parti Modem ont suivi mercredi son exemple.

"Je n'accepte pas d'être condamné au silence lorsque l'honneur de ceux que je représente est en jeu", a-t-il insisté, précisant qu'il répondait de la "parfaite probité" de ses amis politiques, notamment Marielle de Sarnez, qui a également quitté son poste de ministre des Affaires européennes.

"J'ai pris la décision de ne pas faire partie du prochain gouvernement", a dit mercredi matin à l'AFP François Bayrou, en assurant que cette décision ne lui avait pas été dictée. Le président du MoDem doit donner une conférence de presse à 17 heures. Le parti qu'il préside, le MoDem, fait l'objet d'une enquête sur l'emploi de ses assistants parlementaires européens.

Plusieurs responsables politiques dont le secrétaire général du parti de droite Les Républicains (LR), Bernard Accoyer, avaient très vite appelé Edouard Philippe à "exiger" sa démission.

"Un quart du gouvernement qui tombe", "c'est une crise gouvernementale majeure et un scandale politique", a jugé le vice-président de LR sur RMC et BFMTV. Selon cette source, après son départ, Mme de Sarnez prendra la tête du groupe MoDem. Le premier Conseil des ministres du nouveau gouvernement se tiendra jeudi matin à l'Elysée, a-t-on appris de source gouvernementale.

La République en marche (REM), le mouvement d'Emmanuel Macron, dispose à elle seule d'une majorité absolue à l'Assemblée avec 308 sièges.

L'affaire est d'autant plus embarrassante que M. Bayrou pilote un projet de loi sur la moralisation de la vie publique qui fait partie des chantiers prioritaires du nouveau président.

L'enquête visant l'affaire des assistants parlementaires européens a connu une nouvelle étape mardi avec l'audition, à l'Office anticorruption de Nanterre, de Corinne Lepage, ancienne eurodéputée du Modem, en tant que témoin.

En cas de maintien au sein de l'équipe gouvernementale dirigée par Edouard Philippe, 64% souhaitent que François Bayrou change de ministère, contre 36% qu'il reste à la Justice. Le maire de Pau devait porter ce texte au Parlement cet été.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL