Xavier Bertrand renonce et soutient Valérie Pécresse — Présidence des Républicains

Amand Boissieu
Juin 25, 2017

Mitterrand et Sarkozy "n'ont rien fait d'autre" souligne Xavier Bertrand, qui annonce d'ailleurs qu'il renonce à briguer la présidence des Républicains, dont l'élection aura lieu en novembre, apportant son soutien à Valérie Pécresse. "Les idées ne sont jamais débattues", a-t-il encore grincé en évoquant une " hémorragie de militants " aux Républicains.

Sévère avec Laurent Wauquiez, qui "court après l'extrême droite" avec une ligne davantage conservatrice et identitaire, Xavier Bertrand préfère imaginer Valérie Pécresse à la tête du parti.

Il admet également que les dissensions actuelles au sein de son parti ne sont pas étrangères à ce non-engagement: " Même si j'ai conscience que je peux l'emporter, je ne serai pas le responsable d'une nouvelle guerre des chefs. Xavier Bertrand défend une position médiane à droite, entre les " constructifs " prêts à offrir leurs services à Emmanuel Macron et les tenants d'une ligne droitière, qui ne veulent faire aucune concession à l'exécutif."La droite et le centre doivent rassembler, et pas cliver, se réinventer, renouer avec la France populaire, parler à la fois à l'ouvrier et au chef d'entreprise, à l'infirmière et au chirurgien, à l'agriculteur et au fonctionnaire, au rural et à l'urbain", juge-t-il dans le JDD.

Interrogé sur sa volonté de créer son propre parti, M. Bertrand a estimé que "la question ne se pose pas aujourd'hui". "Mais il n'y a pas que ça: il est le candidat de Sens commun (émanation politique de la " Manif pour tous "-NDLR)". "Et on a peut-être plus grand-chose à faire ensemble".

"Il a fait venir des gens de droite parce qu'il applique un adage connu: diviser pour régner", a cinglé M. Bertrand, tout aussi acide au sujet des premiers pas du nouveau locataire de l'Elysée.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL