Après une séparation, l'homme reste plus souvent vivre dans le logement conjugal

Xavier Trudeau
Juillet 17, 2017

Les deux ont quitté le domicile conjugal dans 20% des cas, ou cohabitent encore sous le même toit pour 5% d'entre eux. Dans ce cas de figure, la femme garde la l'appartement ou la maison dans 42% des cas. L'étude conclut: "Finalement, même si les femmes ont plus souvent la garde exclusive des enfants, sur l'ensemble des couples avec enfants qui se séparent, l'écart reste favorable aux hommes". La localisation du logement du couple ne joue pas non plus.

Reste le cas particulier de la garde d'enfants.

Dans 43 % des séparations, "l'homme garde le logement où vivait le couple et dans 32 % c'est la femme, soit un écart de 11 points", précise le document. Ainsi, dans 41% des cas où les femmes ont la garde exclusive des enfants, elles conservent le domicile conjugal. Mais les deux ex-conjoints font aussi plus souvent le choix de quitter tous les deux le logement (28 %) ou de s'y maintenir tous les deux (10 %).

Mais en cas de garde alternée ou de garde exclusive confiée au père, l'homme reste nettement plus souvent dans le logement conjugal (55% et 56%). Toutefois, plus l'espace urbain est grand, plus l'écart s'estompe. Et à Paris, la différence s'inverse, avec 41 % pour les femmes contre 38 % pour les hommes. Une étude de l'Insee montre que lors d'un divorce ou d'une rupture de Pacs, l'un des conjoints garde le logement dans 75% des cas. Les hommes locataires du parc privé se maintiennent aussi plus facilement (37 % contre 27 %).

Souvent, ce sont bien sûr les revenus qui déterminent l'arbitrage. Quand l'homme participe à hauteur de 60% ou plus aux revenus du couple, il garde la résidence conjugale dans 47% des cas, contre 28% pour les femmes.

Un an après une séparation, l'homme garde la résidence conjugale dans 43% des cas, contre 32% pour la femme.

Lors d'une séparation, hommes et femmes ne sont pas égaux quant à la garde du logement.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL