Philippe évoque un "effort globalement important" des collectivités locales

Claudine Rigal
Juillet 17, 2017

Mais cela "ne veut pas dire qu'on peut contourner une baisse des dépenses", a plaidé Edouard Philippe.

En ouvrant la Conférence des territoires au Sénat, face aux associations d'élus inquiètes notamment de l'impact de la réforme de la taxe d'habitation, le Premier ministre Édouard Philippe a affiché sa volonté d'écouter et de concerter, mais n'a pas dévié du cap: les collectivités devront elles aussi baisser leurs dépenses, et même plus que prévu. L'exécutif vise désormais "entre 10 et 13 milliards" d'économies pour les collectivités locales au cours du quinquennat, a-t-on appris lundi de sources gouvernementales Ce chiffre, confirmé ce lundi par le ministre des Comptes Publics Gérald Darmanin lors de la Conférence des territoires, est supérieur à celui fixé par Emmanuel Macron durant la campagne, qui était de 10 milliards d'euros sur les 60 milliards visés au niveau national. Et cet effort sera globalement important. Sur la vingtaine de milliards d'euros qu'elle rapporte actuellement au "bloc communal" chaque année, 8,5 milliards n'arriveront plus dans les caisses, selon le chiffrage du ministre des Comptes Publics.

Une annonce qui a notamment fait bondir le président de l'Association des petites villes de France, le député PS Olivier Dussopt: "Le ministre du budget annonce que l'effort demandé aux collectivités territoriales n'est pas 10 mais 13 milliards. C'est trop et injuste", écrit-il sur Twitter.

"Si ce produit fiscal ne nous est pas garanti par l'Etat, alors évidemment on va devoir faire des choix".

En guise d'introduction, le chef du gouvernement a prôné "une réflexion d'ensemble sur la fiscalité locale" lors de son discours d'ouverture de la conférence, prononcé après celui du président du Sénat Gérard Larcher.

"Je n'ai aucun doute sur le fait que ce sera dur et aucun doute sur le fait que ce sera long", a-t-il poursuivi. "Il faudra que nous discutions, en confiance", a-t-il prévenu. La suppression de la taxe d'habitation, c'est une remise en cause du principe de la décentralisaton. Les collectivités locales travaillent pour l'Etat sur un certain nombre de missions mais elles sont garanties dans leur liberté: c'est le principe de la décentralisation.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL