Quand une filiale d'EDF licencie par téléphone

Xavier Trudeau
Juillet 6, 2017

L'annonce s'est faite de manière brutale.

Interrogé par Le Parisien, la direction du groupe EDF a reconnu des "maladresses".

Luminus, filiale belge d'EDF, a téléphoné la semaine dernière à cinq de ses salariés pour les informer de leur licenciement, a indiqué jeudi Le Parisien. Mais, pour cinq d'entre eux, les choses ne se font pas vraiment dans les règles.

"Ce jour-là, je ne travaillais pas", raconte au quotidien l'un de ces salariés. C'est ainsi que commençait le message, visiblement lu par un chef de service selon le témoignage des salariés concernés, qui leur a été transmis pour leur expliquer que leur contrat de travail allait prendre fin. Je n'en suis pas revenu.

Que disait le supérieur dans son message? Le lendemain, une simple lettre recommandée lui confirmait la décision de la direction. L'administration s'est probablement rendue compte qu'un appel téléphonique ne suffisait pas.

Et le salarié poursuit: "Je n'en veux pas à mon chef". Mais, pour certains de mes collègues, ça a été beaucoup plus rude. "Après le coup de fil, ils ont carrément retrouvé leurs affaires dans un carton déposé à l'accueil alors que leur casier était censé être fermé à clé". Gazelco, l'un des principales instances de représentation des salariés dans le secteur de l'énergie, évoque un "terrorisme social". De leur côté, les syndicats craignent le pire. "Nous redoutons que ce ne soit qu'un galop d'essai", estime Antonio Murillo Calvo, de la branche Bâtiment industrie énergie (BIE) du syndicat CSC.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL