Fipronil : des contrôles sanitaires dans les élevages de poules du Bas-Rhin

Claudine Rigal
Août 12, 2017

Pas de quoi céder à la panique donc en ce qui concerne la consommation, notamment chez les enfants, des œufs contaminés.

Un deuxième lot d'environ 48 000 œufs contaminés, en provenance des Pays-Bas a été mis en vente entre le 19 et le 28 juillet. Le Fipronil est couramment utilisé dans les produits vétérinaires pour lutter contre les poux par exemple, les tiques ou encore les acariens des animaux de compagnie.

Plus de peur que de mal. C'est le message qu'a voulu faire passer le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation en publiant, vendredi 11 août, un communiqué dévoilant les conclusions de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) au sujet du risque pour la santé humaine lié à l'ingestion d'œufs ou d'ovoproduits (dérivés d'œufs) contaminés par le fipronil, un antipoux dont l'usage sur les animaux destinés à la consommation est pourtant interdit.

Les faits remontent au 20 juillet, date à laquelle la Belgique et les Pays-Bas " informaient les Etats membres de la présence de fipronil dans des oeufs et de la viande de volaille, au sein de différents ateliers de production de leur pays ". Elle rappelle tout d'abord que la toxicité du fipronil est plutôt modérée et que les effets observés chez l'homme sont généralement bénins. Elle note cependant qu'"au vu du mécanisme d'action" du produit, il peut se traduire par des effets neurotoxiques, et notamment des convulsions.

L'exposition répétée au fipronil n'a pas non plus montré d'effets préoccupants, seulement des signes locaux bénins.

L'institution a également évalué la quantité maximale d'œufs, contaminé à des concentrations considérées comme élevées (1,2 mg/kg d'œuf), pouvant être consommée en une seule fois sans s'exposer à un risque aigu.

"Sur cette base, la quantité maximale d'œufs pouvant être consommés varie de un (pour un enfant de 1 à 3 ans) à dix par jour (pour un adulte) " a calculé l'agence.

"Des analyses (...) sur des muscles de poules pondeuses traitées permettent d'apporter des éléments (de réponse)".

En conclusion, en cas de dépassements des niveaux de consommation maximale d'œufs ou de viande de poulets contaminés identifiés par l'Agence, le risque ne peut être exclu.

L'ANSES conclut que tous les produits susceptibles de dépasser le seuil réglementaire de concentration de résidus de fipronil "ne devraient pas être commercialisés ni maintenus sur le marché".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL