Oeufs contaminés: deux suspects arrêtés aux Pays-Bas

Evrard Martin
Août 12, 2017

Le ministre s'est néanmoins voulu rassurant: ces œufs seraient sans impact sur la santé des consommateurs.

La société avait en effet reconnu mardi avoir réceptionné entre le 11 et le 26 juillet "32 400 oeufs originaires des Pays-Bas potentiellement contaminés au fipronil".

"Il va de soi que par la suite les autorités luxembourgeoises prendront toutes les mesures nécessaires en fonction des informations reçues via le système d'alerte rapide de la Commission européenne", conclut le communiqué. Ce pesticide, très efficace contre les tiques, les puces, et surtout les poux rouges, particulièrement coriaces, n'est autorisé que pour traiter des animaux de compagnie, en raison de sa potentielle dangerosité à forte dose. Une enquête a également été ouverte en Basse-Saxe, dans l'ouest de l'Allemagne. Le parquet d'Anvers a confirmé jeudi qu'une enquête avait été ouverte le 19 juillet sur base d'un signalement de l'Afsca. "J'attends des autorités compétentes qu'elles élucident (ce dossier) rapidement et minutieusement".

Le chaud et le froid: le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert s'est efforcé vendredi de rassurer l'opinion publique sur l'absence de risques liés au fipronil tout en révélant que des oeufs contaminés ont été "mis sur le marché" dès avril.

"En France, sur le plan sanitaire, on est irréprochable et il faut le rester, même si c'est contraignant", a renchéri à l'AFP Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, qui a pointé du doigt le "laxisme inacceptable" des pays voisins de la France et dénoncé toute remise en cause du modèle français.

"Quelqu'un a clairement procédé avec une énergie criminelle pour frelater (des œufs) avec un produit interdit", a-t-il insisté. Mais il a pourtant bien été retrouvé sur des œufs provenant d'élevages de ces trois pays. Le négociant néerlandais de fipronil a été entendu comme suspect le 31 juillet.

En grande quantité, le fipronil est considéré comme "modérément toxique" pour l'homme par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Au Luxembourg, le distributeur Aldi a dû retirer ce qui restait de deux lots d'oeufs -dont un présentant des taux de fipronil les rendant impropres à la consommation par des enfants en bas âge-, tandis que la chaîne Cactus a découvert, au détour d'une analyse de routine, des oeufs contaminés dans son assortiment.

Mais l'avocat de cette dernière société, Pieter Helsen, a affirmé à la télévision néerlandaise qu'elle n'est pas responsable de l'utilisation potentiellement frauduleuse du produit.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL