Certaines consultations chez les médecins généralistes vont bientôt augmenter

Evrard Martin
Septembre 14, 2017

Deux nouvelles consultations vont en effet être créées, l'une dite "complexe" et l'autre dite "très complexe".

Les tarifs des consultations chez les médecins généralistes et spécialistes vont augmenter à partir du mois de novembre, selon de nouveaux décrets publiés mardi 12 septembre au Journal officiel, rapporte LCI. Cette première consultation d'accès à la contraception pourra également être assurée, au même tarif, par un gynécologue, un obstétricien ou un pédiatre. Les consultations de prévention contre les maladies sexuellement transmissibles sont également concernées.

Comme prévu dans la convention, de nombreuses majorations de 16 euros permettront de valoriser les consultations complexes: prise en charge d'un couple dans le cadre de la stérilité (MPS), première consultation de prise en charge d'un trouble grave du comportement alimentaire (TCA), tuberculose (MPT), scoliose de l'enfant (SGE) première consultation pour une thrombophilie grave (PTG), mycose ou fibrose pulmonaire (MMF), asthme (MCA), polyarthrite rhumatoïde (PPR), épisode aigu ou complication de sclérose en plaques, Parkinson, épilepsie instable (PPN), cérébro-lésés (MCT), séquelles lourdes d'accident vasculaire cérébral (SLA), suivi de prématurés (MSP), pathologie oculaire grave (POG), pathologie endocrinienne de la grossesse (PEG).

Les consultations très complexes seront facturées 60 euros. Jusqu'ici, cette visite coûtait 56 euros et était possible une fois par an. Ce nouveau tarif pourra être "facturé jusqu'à trois fois par an et par patient", précise Le quotidien du médecin. "C'est l'assurance maladie qui remboursera toutes ces consultations avec les régimes complémentaires", assure-t-il. Ces consultations, plus rares, concernent par exemple "la préparation à des greffes rénales, les consultations d'annonce de cancer, qui restent très délicates, ou encore les consultations des gynécologues concernant des malformations fœtales, qui sont également compliquées à annoncer", explique le Docteur Jean-Paul Hamon, généraliste et président de la Fédération des Médecins de France, sur Franceinfo.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL