Cession de Polyamides à BASF — Solvay

Xavier Trudeau
Septembre 19, 2017

Le groupe chimique belge Solvay vend son activité polyamides au groupe chimique allemand BASF pour environ 1,1 milliard d'euros, ont annoncé mardi les deux groupes dans deux communiqués séparés. "Elle permettra à Solvay de s'affirmer comme un groupe de chimie à haute valeur ajoutée, en croissance soutenue et créateur de valeur durable", commente Jean-Pierre Clamadieu, le PDG de l'entreprise belge, cité dans le communiqué. Ce processus de transformation a notamment vu Solvay racheter l'américain Cytec, spécialisé dans les matériaux composites, et vendre ses activités PVC.

La transaction concerne l'ensemble des activités Polyamides en Europe, en Amérique du Nord et en Asie ainsi que les activités liées aux plastiques techniques en aval en Amérique latine. 2 400 salariés sont donc concernés par cette transaction. Aucun site ne se situe en Belgique. Le Groupe conservera les activités intermédiaires amont et textiles polyamides aval en Amérique Latine. Cette dépréciation devrait être largement compensée par la plus-value au moment de la clôture de la transaction.

Sa sortie du périmètre de Solvay a amené le groupe à revoir à la baisse ses perspectives pour 2017, en tenant compte également de l'appréciation de l'euro.

"La cession attendue de l'activité Polyamides marque une étape essentielle dans la profonde transformation du Groupe entamée il y a quatre ans".

Les deux groupes entendent finaliser la transaction au troisième trimestre 2018 après l'obtention des autorisations réglementaires habituelles et l'accord formel du partenaire dans une co-entreprise existante. Sur la base des taux de change actuels, il anticipe désormais une croissance de l'Ebitda 2017 comprise entre 6 et 8% alors qu'en août il prévoyait une croissance tout en haut d'une fourchette à un chiffre.

Vers 9h30, l'action Solvay perdait un peu moins d'1%, à 127,40 euros, au sein d'un indice Bel 20 stable et après avoir gagné 1,70% la veille.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL