Du cacao illégal fourni aux grands chocolatiers, dont Lindt et Nestlé

Xavier Trudeau
Septembre 13, 2017

Ainsi commence le rapport de l'organisation de défense de l'environnement Mighty Earth que s'est procuré, mercredi 13 septembre, RFI, The Guardian et Der Spiegel.

La carte des zones concernées en Côte d'Ivoire. "Ce problème est connu depuis des années", répond à RFI Rick Scobey, le président de la World Cocoa Foundation, qui représente les intérêts des plus grands producteurs de cacao et fabricants de chocolat.

En dégustant un Ferrero, un carré de Lindt ou encore une barre de Mars, il est possible que votre pause gourmande soit en partie d'origine illégale. Mighty Earth appelle cela le côté obscur du chocolat.

Selon l'ONG, il existe une chaîne de complicité dans le secteur du cacao ivoirien.

Le phénomène concerne notamment Goin Débé, Scio, le Haut-Sassandra, Taï, les parcs du Mont Péko et de la Marahoué. Une enquête de terrain par laquelle on apprend qu'une partie du chocolat consommé dans le monde proviendrait de forêts et de parcs protégés dans la république du cacao: la Côte d'Ivoire. Ceux-ci la fournissent ensuite aux grands noms du chocolat, entre autres Ferrero, Lindt, Mars, Nestlé ou Cadbury. " Cette situation est un secret de polichinelle ", déclare Mighty Earth. Les zones boisées protégées sont ainsi parfois colonisées à 90% par des exploitations illégales. Au final, certaines zones protégées sont devenues de vraies villes avec des dizaines de magasins et entrepôts liés au marché du cacao et avec des écoles et dispensaires pour les habitants.

Les autorités ivoiriennes sont parfois complices ou inefficaces, note l'ONG. En tout cas pour l'organisation, impossible que les industriels ne soient pas au courant. Les forêts n'occupent plus que 11% du territoire, voire 4% pour les forêts primaires.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL