Facebook mis à l'amende en Espagne — Données personnelles

Xavier Trudeau
Septembre 11, 2017

Une somme de 1,2 million d'euros.

"L'agence déclare l'existence de deux infractions graves et d'une très grave relevant de l'atteinte à la loi de protection des données et impose à Facebook une amende totale de 1,2 million d'euros", indique-t-elle dans un communiqué. Selon cet organisme dépendant de l'Etat espagnol, Facebook collecte des données "sur l'idéologie, le sexe, les croyances religieuses, les goûts personnels et la navigation (sur internet), sans informer de manière claire" les internautes de l'usage qui en sera fait. Le réseau social a deux mois pour contester l'amende.

"Le réseau social utilise des données spécifiquement protégées à des fins publicitaires, parmi d'autres objectifs, sans obtenir de consentement explicite comme l'exige la législation sur la protection des données, une grave violation". La compagnie américaine a annoncé qu'elle déposerait un recours contre cette décision qu'elle "conteste respectueusement", dans un message adressé à l'AFP et daté de Madrid. Motif: avoir collecté des informations sur les usagers sans avoir recueilli clairement leur consentement.

Le montant de cette amende ne représente qu'une fraction du chiffre d'affaires trimestriel de Facebook, supérieur à 9 milliards de dollars, et de sa capitalisation boursière, qui approche les 500 milliards de dollars (417 milliards d'euros). Ces données sont systématiquement collectées dès lors qu'ils naviguent sur un site tiers comportant un module social.

Facebook appelé à passer à la caisse.

Troisième reproche enfin, Facebook n'élimine pas les données collectées, même si la personne a fermé son compte et demande que ses données soient effacées, et les conserve pendant plus de 17 mois grâce au "cookie". Des procédures similaires à celle enclenchée en Espagne existent dans d'autres pays.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL