Femmes des forces de l'ordre dans la rue — Strasbourg

Claudine Rigal
Septembre 16, 2017

Ainsi, ce sont près de 120 personnes qui ont battu le pavé du quartier des Invalides ce samedi à Paris, selon la Direction générale de la police nationale (DGPN), réunies derrière une banderole où on pouvait lire:"Citoyens!" Organisée grâce aux réseaux sociaux et sans les syndicats, elle était inédite par son ampleur.

A l'appel d'un collectif d'associations de policiers nationaux indépendants, des agents sont appelés à défiler samedi à Paris et dans six grandes villes pour dénoncer leurs conditions de travail.

LyonMag
Femmes des forces de l'ordre dans la rue — Strasbourg

Des journalistes de l'AFP ont dénombré environ 200 manifestants à Paris, une soixantaine à Marseille, une cinquantaine à Lyon comme à Toulouse, une quarantaine à Bordeaux et une trentaine à Strasbourg. Ces représentants des forces de l'ordre contraints au devoir de réserve.

Le colère des forces de l'ordre s'explique tout d'abord par un manque d'effectifs, menant à une surcharge de travail et au sacrifice de leur vie de famille. Face à la grogne de l'automne dernier, le gouvernement de François Hollande avait débloqué une enveloppe de 250 millions d'euros pour améliorer l'équipement, et fait voter une loi assouplissant les règles de la légitime défense. "On attend toujours du matériel, la formation pour ce matériel ". Cette mobilisation fait écho à celles qui avaient déjà eu lieu en 2016. Fin août, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, avait réagi au concours photo lancé par le mouvement, arguant qu'"en trois mois, je n'ai pas repeint de mes petites mains tous les commissariats de France".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL