La Corée du Nord appelle la France à abandonner son programme nucléaire

Claudine Rigal
Septembre 12, 2017

Ce lundi, la Corée du Nord a averti les USA qu'elle leur infligerait "la plus grande des souffrances et des douleurs" s'ils persistaient à vouloir que l'ONU durcisse les sanctions à son encontre.

"Le pays continue de contourner l'embargo sur les armes, les sanctions financières et sectorielles sévères" imposées par l'ONU, "montrant que plus le régime de sanctions est étendu, et plus les contournements sont nombreux", résument les experts.

La période d'étude s'étend de février à août. Pékin s'est dit depuis favorable à un durcissement diplomatique, mais ne s'est pas exprimé sur les nouvelles sanctions proposées par les Etats-Unis.

La Corée du Nord s'est présentée aujourd'hui à son peuple comme "une puissance atomique invincible" et le régime a annoncé qu'ils allait faire des nouveaux essais nucléaires bientôt. Des enquêtes sont en cours sur plusieurs dossiers impliquant la Syrie et des pays africains, ajoutent les experts. L'administration Trump - qui promettait le mois dernier "le feu et la fureur " à Pyongyang - a toutefois été contrainte de revoir ses ambitions à la baisse pour éviter un véto au conseil de sécurité. Pyongyang importe essentiellement de l'essence et du diesel de Chine, selon les Etats-Unis. Le financement et l'emploi des expatriés nord-coréens devrait être maintenu car la Russie, qui accueille quelque 35 000 travailleurs nord-coréens, est fermement contre cette mesure extrême. Pour sanctionner Pyongyang, ils ont présenté mercredi 6 septembre au Conseil de sécurité de l'ONU un projet de résolution, qui envisage entre autre un embargo sur le pétrole et un blocage des exportations de textile.

Alors que le secrétaire général des Nations Unies (#ONU), Antonio Guterres, condamnait il y a de cela une semaine un nouvel essai nucléaire de la part de la "République populaire démocratique de Corée" trahi par des activités sismiques douteuses, Les #Etats-Unis, la France et le Japon demandent en urgence ce lundi 11 septembre un vote à l'ONU concernant de nouvelles sanctions contre Pyongyang malgré les réticences Russes et Chinoises.

Les deux dirigeants "ont souligné l'importance de l'unité du Conseil de sécurité", a précisé l'Elysée.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL