La France dépose sa candidature pour l'Exposition universelle de 2025

Claudine Rigal
Сентября 30, 2017

Je salue le travail accompli par Pascal Lamy, président du groupement d'intérêt public EXPOFRANCE 2025, Jean-Christophe Fromantin, président du comité EXPOFRANCE 2025, Anne Hidalgo, maire de Paris, Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, et Patrick Ollier, président de la Métropole du Grand Paris, ainsi par que l'ensemble des élus et des acteurs impliqués, pour élaborer le dossier de la candidature de Paris à l'accueil de l'exposition universelle en 2025.

Le thème de l'exposition -La connaissance à partager, La planète à protéger- est "consensuel et riche", selon le représentant de l'État, "ce sont deux sujets qui donnent aux jeunes des désirs, des envies mais aussi des anxiétés. L'avenir de l'environnement, c'est finalement le leur", a-t-il ajouté. Une fois terminée l'Exposition universelle, ces pavillons deviendraient des bâtiments universitaire.

Budget de fonds privésLe président François Hollande avait présenté le 22 novembre 2016 la candidature française, soutenue dorénavant par Emmanuel Macron comme l'occasion pour la France "d'apporter sa contribution à une nouvelle ambition universelle", écrit-il dans le dossier de candidature. J'ai demandé au réseau diplomatique de continuer à se mobiliser pour promouvoir ce projet jusqu'au vote qui déterminera la ville hôte en novembre 2018. Le Village global comportera trois pôles distincts: le "Globe", véritable pavillon des nations, qui permettra à tous les pays du monde de faire vivre aux visiteurs une véritable immersion au sein de leurs territoires, il se transformera le soir en planétarium à ciel ouvert; le "Village", l'espace des pavillons nationaux, dont les formes évolueront vers des structures modulaires que chaque pays pourra adapter à ses besoins et aux différents moments de l'Exposition selon de multiples combinaisons possibles; les "parcs et jardins " qui constitueront des espaces de détente et viendront témoigner de la richesse de la biodiversité. Des études ont évalué les retombées économiques à 23 milliards, avec création de 160.000 emplois directs et indirects et une fréquentation de 45 millions de visiteurs.

La Fédération de Russie (Ekaterinburg), le Japon (Osaka) et la République d'Azerbaïdjan (Bakou) sont également candidats.

D'autres rapports

Discuter de cet article