L'activité physique freinerait le développement des tumeurs — Cancer du sein

Evrard Martin
Septembre 12, 2017

Pour rappel, en octobre, ce sera, en France, le mois de sensibilisation au dépistage du cancer du sein.

Les travaux, publiés vendredi 8 septembre dans le journal scientifique Cancer Research, mettent en évidence le mécanisme biologique protecteur induit par l'activité physique. Cette observation a pu se faire dans le cadre d'un programme sportif de 6 semaines.

Faire de l'exercice protégerait donc les femmes sous traitement contre le cancer du sein grâce à l'augmentation de l'adrénaline dans le sang.

Ces chercheurs ont décidé d'injecter à des souris ce plasma sanguin. Et le résultat est sans appel, avec une réduction significative du MCF-7. Ils ont alors remarqué que le développement de tumeurs cancéreuses était considérablement réduit chez les rongeurs ayant reçu ce plasma.

Après deux heures d'activité physique modérée à intense, ils ont observé une augmentation des niveaux d'adrénaline dans le sérum sanguin.

L'adrénaline serait à l'origine d'un processus qui favoriserait la disparition des tumeurs cancéreuses et régulerait la croissance des cellules dans l'organisme. Une raison de plus de faire du sport pour les femmes qui ont survécu à un cancer du sein. Une étude danoise menée récemment le confirme, il apporte des qualités bénéfiques, et ce, surtout chez les femmes ayant survécu au cancer du sein.

C'est une découverte très importante, qui pourrait bien changer la manière de traiter l'après cancer du sein.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL