L'AIE relève sa prévision de croissance de la demande — Pétrole

Claudine Rigal
Septembre 14, 2017

Elle entrevoit plusieurs signes de rééquilibrage du marché, dont une baisse des stocks, pour l'année prochaine.De son côté, l'Agence internationale de l'Energie (AIE) a aussi légèrement revu en hausse mercredi sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole pour 2017. L'Opep estime que les pays développés de l'Organisation de coopération et de développements économiques (OCDE) vont consommer plus de pétrole que ce qui avait été prévu initialement. Elle anticipe une progression de la demande de 1,6 million de barils par jour (mbj) pour atteindre 97,7 mbj en 2017, soit 0,1 mbj de plus que lors de la précédente estimation en août. "L'AIE prévoit désormais une baisse de la demande au troisième trimestre, ce qui nous paraît inattendu et extrême, et pourrait mener à de futures révisions à la hausse", a indiqué Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.

"En ce qui concerne (l'ouragan) Harvey, la perturbation des marchés locaux sur le golfe du Mexique (où se trouvent de nombreuses raffineries) aux Etats-Unis se résorbe quotidiennement et son impact sur les marchés mondiaux devrait être de relativement courte durée", estime l'AIE.

Les pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), liés avec d'autres pays partenaires par un accord de limitation de leur production, ont effectivement réduit celle-ci le mois dernier.

Les violences en Libye y ont perturbé la production, tandis que d'autres pays membres du cartel ont pompé volontairement moins de pétrole. Pour l'AIE, le double mouvement d'une croissance plus forte que prévu de la demande en Europe et aux Etats-Unis et d'une baisse de la production aussi bien au sein qu'en dehors de l'Opep commence à produire des effets sur les stocks. Mais la production mondiale a aussi été affectée par d'autres événements comme l'ouragan Harvey. Marzouk s'attend au retour, d'ici à la fin de 2017, à un équilibre entre l'offre et la demande mondiale de brut après des années d'excédents, qui ont fait plonger les cours. Marcredi les marchés pétroliers ouvraient en hausse à New York.

"Sur la foi des positions récentes prises par les investisseurs, on pense que le marché se tend et que les prix vont monter, quoique très modestement", explique l'AIE, qui coordonne les politiques énergétiques des pays industrialisés.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL