L'arrestation musclée d'une infirmière fait scandale — Etats-Unis

Claudine Rigal
Сентября 2, 2017

Une attitude de cow-boy.

C'est pour avoir suivi le règlement de son hôpital et respecté la légalité qu'une infirmière de l'Utah a été rudement arrêtée par un officier de police, en plein milieu du hall d'un hôpital de Salt Lake City.

Une vidéo diffusée le 31 août fait scandale aux Etats-Unis. La police a décidé de passer les menottes à l'infirmière en raison du refus de cette dernière de remettre les prélèvements sanguins d'un patient inconscient. Elles ont depuis fait la une de la presse nationale américaine et provoqué de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux américains. Suzanne Winchester, porte-parole du centre médical, a indiqué que l'infirmière a été retenue une vingtaine de minutes dans un véhicule de la police, avant qu'un cadre administratif hospitalier n'intervienne pour l'en faire sortir.

Le procureur du comté de Salk Lake Sim Gill a quant à lui déclaré sur Facebook que par "équité face à tous ceux qui étaient impliqués (dans l'incident) j'ai demandé une enquête criminelle".

Dans des propos traduits relatés par Europe1, la porte-parole explique que la remise de prélèvements sanguins d'un patient à la police doit répondre à trois conditions: "qu'il donne son consentement, soit en état d'arrestation ou qu'il y ait un mandat, et aucune de ces conditions n'était remplie". Et d'ajouter: "Ce qui s'est passé était très inhabituel, tout le monde était choqué, c'était très contrariant pour nos employés".

"Ce que j'ai vu est totalement inacceptable (.) je présente mes excuses personnelles à (l'infirmière Alex) Wubbels pour ce qu'elle a subi alors qu'elle ne faisait que son travail", a écrit dans un communiqué la maire Jackie Biskupski. "Des mesures immédiates ont été prises et sous douze heures, les images des caméras corporelles ont été examinées et une enquête interne a démarré", a assuré le chef des forces de l'ordre locales, Mike Brown. Jeff Payne, l'agent qui avait procédé à l'interpellation musclée, a été "suspendu du programme de collecte d'échantillons sanguins" mais est resté dans le service actif alors que les pratiques de ces équipes ont été revues, selon la police.

D'autres rapports

Discuter de cet article