Le "dieselgate" serait responsable de 5.000 morts par an en Europe

Evrard Martin
Septembre 18, 2017

Cette étude est publiée deux ans après que le constructeur automobile Volkswagen eut été pris en flagrant délit de tricherie lors de tests sur les émissions aux États-Unis. L'institut international s'est penché sur les morts prématurées dans les 28 pays de l'Union Européenne, plus la Norvège et la Suisse.

Les auteurs de l'étude européenne ont calculé qu'environ 10.000 morts pouvaient être imputées tous les ans en Europe à la pollution aux particules fines émises par les véhicules légers fonctionnant au diesel. Parmi eux, 90 % des décès surviennent après une maladie cardiovasculaire ou respiratoire. Ces décès avaient été provoqués par les émissions d'oxyde d'azote (NOx) "générées en excès" par rapport à celles prévues par les tests en laboratoire.

Les chercheurs ont aussi comparé les décès dus aux véhicules diesel et ceux dus aux véhicules essence.

Les pays les plus touchés sont l'Allemagne, l'Italie et la France en raison de leur population élevée et du fort taux de véhicules diesel dans leur parc automobile, précisent les chercheurs. Leur conclusion est sans appel.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL