Le repreneur pourrait renoncer — GM&S

Xavier Trudeau
Septembre 20, 2017

Mardi, Alain Martineau, le repreneur de ce sous-traitant de Renault et PSA a menacé de laisser tomber, considérant que l'apaisement, indispensable pour remettre le site en marche, n'était pas au rendez-vous. " Le patron de GMD, se donne "jusqu'à jeudi matin " pour décider".

" Nous sommes des industriels, pas des mercenaires".

"Si les salariés repris ne reprennent pas le travail, a poursuivi M. Martineau, ou si la reprise de l'activité est impossible du fait du blocage du site ou de son occupation par des salariés non repris, nous serions amenés à demander au tribunal la résiliation du jugement".

Mais avant, conscients du chantage exercé, les salariés ont d'ores et déjà lancé un appel à tous les élus, quels qu'ils soient, pour un grand rassemblement sur le site, demain mercredi à 17 heures.

Il précise que la fermeture du site serait alors prononcée et que les 120 emplois prévus dans la reprise ne seraient plus garantis. "Selon lui, " la tension était palpable et des réactions désespérées des salariés pouvaient avoir lieu " lundi sur le site de GM&S, raison pour laquelle le secrétaire du CHSCT " a demandé au DRH de GMD de s'éloigner du site pour sa sécurité ".

Ils justifient la montée des tensions par l'absence de réponse de la part du cadre du groupe GMD au sujet des salariés qui ne seraient pas repris sur le site.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL