Les Américains choqués par la dernière Une de Charlie Hebdo

Claudine Rigal
Septembre 1, 2017

On y voit le dessinateur Riss ironiser sur la mort "des néonazis du Texas" suite aux ravages de l'ouragan Harvey au Texas.

Une semaine après avoir provoqué un tollé avec sa une sur les attentats en Espagne, Charlie Hebdo a remis ça, mercredi. Montrant une vaste étendue immergée d'où ne ressortent que quelques drapeaux nazis et des mains faisant le salut, le titre se veut mordant: "Dieu existe!"

La raison est la suivante: le Texas est un État particulièrement conservateur, qui a voté pour Donald Trump à 52,6% aux dernières élections présidentielles.

En août, le président américain avait fait polémique en condamnant aussi fermement des manifestants d'extrême droite américain et des manifestants antiracistes qui avaient défilé.

Les réactions ont été nombreuses outre-atlantique.

Joe Walsh, ancien membre du congrès, estime lui que "depuis l'attaque, Hebdo a distribué ses coups". "Une couverture néfaste et méprisable". Maintenant ils ont peur de l'islam, mais se moquent des victimes de tempêtes.

Même état d'esprit pour le républicain Scott Presler, qui préfère relativiser: "Je ne suis pas d'accord avec la couverture de Charlie Hebdo".

Ainsi, l'acteur James Woods a rapidement dégainé sur le réseau social: "Assez parlé de Je suis Charlie #traîtresdefrançais", s'emporte l'acteur qui avait fait scandale en partageant une photo de l'intérieur du Bataclan ensanglanté par les attentats du 13 novembre 2015.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL