Les violences conjugales ont tué davantage en 2016

Claudine Rigal
Septembre 1, 2017

Un chiffre qui ressort d'une étude menée par le ministère de l'Intérieur et selon laquelle, en France, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint. 109 des personnes décédées sont des femmes.

A ces chiffres s'ajoutent 19 homicides (commis sur 14 femmes et cinq hommes) au sein de couples "non officiels" (petit ami, amant, maîtresse ou relation épisodique).

Par rapport à 2015, qui recensait 144 victimes (122 femmes et 22 hommes), les morts violentes au sein des couples étaient en hausse de 9% en 2016.

Pour les hommes auteurs d'homicides, "le refus de la séparation -en cours ou passée- reste la principale cause du passage à l'acte".

Les 138 homicides dans des couples "officiels" ont engendré 12 enfants orphelins de père et de mère, 54 orphelins de mère et 22 orphelins de père. Un nombre de décès qui augmente encore si l'on inclut les suicides des auteurs et les victimes collatérales, le nombre total de morts occasionnés par ces violences conjugales s'élève à 196 personnes en 2016.

Les enquêteurs ont dressé un profil type des criminels: l'auteur masculin est souvent marié, de nationalité française, âgé de 41 à 50 ans et n'a plus ou pas d'emploi.

Les enfants ne sont pas épargnés: 25 ont perdu la vie au sein de leur propre foyer familial l'an passé, contre 36 en 2015. Elle commet également ce crime à domicile, sans préméditation, avec une arme blanche.

Au sein des couples "officiels" (conjoint, concubin, pacsé ou ex), l'étude des Directions générales de la police et de la gendarmerie, et de la Délégation aux victimes dénombre 138 décès en 2016: 109 femmes ont été victimes de leur compagnon ou ex-compagnon, 28 hommes victimes de leur compagne ou ex-compagne, et un homme victime de son compagnon. "Il est également essentiel de protéger les enfants pour qu'ils ne soient pas témoins et ne reproduisent pas plus tard ce qu'ils ont vécu", ont déclaré dans un communiqué commun le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, et la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, assurant de leur "totale détermination pour combattre ces violences insupportables".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL