Nouvelles sanctions chinoises — Corée du Nord

Alain Brian
Septembre 24, 2017

Deux mois plus tôt, les Etats-Unis avaient pris leurs premières sanctions individuelles contre le leader nord-coréen Kim Jong-Un pour de graves violations des droits de l'homme allant d'exécutions extra-judiciaires à des actes de torture.

Wang a répondu que son pays ferait son possible pour rester fidèle aux décisions prises, concernant notamment le renforcement des contrôles à la frontière sino-nord-coréenne. Interrogé sur la nature de ces représailles, le ministre nord-coréen des Affaires étrangères a évoqué la possibilité d'un essai de bombe H d'une puissance sans précédent dans l'océan Pacifique. "Toutes les parties concernées devraient faire preuve de retenue au lieu de se provoquer", a déclaré le porte-parole, Lu Kang, lors d'un point de presse.

La Chine souhaite que la Corée du Sud s'efforce d'atténuer les tensions, et que Séoul considère pleinement l'initiative de la Chine appelant à "une suspension pour une suspension", à savoir une suspension des activités relatives au nucléaire et aux missiles en RPDC et une suspension des manœuvres militaires d'envergure des Etats-Unis et de la Corée du Sud. La dénucléarisation de la péninsule coréenne est un objectif immuable de la Chine, a-t-il souligné, notant que peu importe le temps que cela prendra, et peu importe les difficultés pour y parvenir, la Chine ne fléchira pas.

De son côté, le président américain Donald Trump a affirmé à l'ONU que la Banque centrale chinoise avait ordonné à ses banques de juguler leurs échanges avec la Corée du Nord, saluant une mesure " très courageuse " et " inattendue " pour faire pression contre les ambitions nucléaires de Pyongyang.

L'UE envisage aussi d'abaisser encore le plafond pour l'envoi de fonds en liquide en Corée du Nord, actuellement fixé à 15 000 euros, et demande à la Commission européenne de passer en revue, pour l'allonger, la liste de produits de luxe dont l'exportation vers la Corée du Nord est déjà interdite.

Brandir "l'hystérie militaire" dans la crise nucléaire nord-coréenne "mène non seulement à l'impasse mais aussi à la catastrophe", avait déclaré jeudi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov devant l'Assemblée générale de l'ONU.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL