Orange autorisé à recycler ses fréquences 3G pour accélérer sa 4G

Xavier Trudeau
Septembre 23, 2017

Bouygues Telecom et SFR font de même.

En juin dernier, l'Arcep prenait acte de la volonté de Bouygues Telecom et de SFR de recycler une partie de leur spectre dédié à la 3G afin d'étayer leurs réseaux 4G respectifs.

C'est au tour d'Orange de recevoir le feu vert de l'Arcep pour utiliser la bande 2 100 MHz avec la 4G.

Réservée autrefois au déploiement de la 3G, la bande de fréquences 2,1 GHz est en train de trouver une seconde jeunesse grâce à la mise en place du très haut débit mobile. La plupart des contributeurs partagent également l'analyse de l'Autorité selon laquelle une levée des restrictions technologiques n'impose pas de mesures correctrices relatives à un rééquilibrage des fréquences attribuées dans les bandes 900 MHz et 2,1 GHz. En effet, les opérateurs français, bien qu'ils bénéficient déjà de plusieurs blocs de fréquences dans d'autres sections du spectre, commencent à investir cette portion du domaine public hertzien pour améliorer la 4G. L'autorisation initiale dont bénéficiait l'opérateur pour émettre sur la bande des 2 100 MHz se limitait à la technologie UMTS. Sauf qu'avec la montée en puissance de la 4G, qui supplantera de fait la 3G, la bande 2,1 GHz finira par être délaissée. La bande 2 100 MHz vient en complément pour les aider, sachant qu'il y a de plus en plus de clients connectés sur les réseaux 4G et qu'ils consomment beaucoup de data. Les bandes basses, comme celles de 700 et 800 MHz, sont réputées pour un débit plus faible, mais une plus grande portée et une meilleure pénétration. Il y a l'agrégation des fréquences qui permet de sensiblement augmenter les débits pratiques des utilisateurs mais aussi le recyclage de certaines fréquences utilisées jusqu'ici pour la 3G.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL