Péages : un accord secret entre l'Etat et les sociétés d'autoroutes ?

Xavier Trudeau
Septembre 12, 2017

Un accord secret avec le gouvernement dévoilé aujourd'hui.

Vous utilisez régulièrement votre voiture? Vous allez être particulièrement surpris d'apprendre que le gouvernement a signé un accord secret avec les sociétés d'autoroutes pour leur permettre d'augmenter leurs prix tous les ans de 2019 à 2023. En contrepartie, ces sociétés s'engageaient à geler les prix en 2015. Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, et Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, annoncent le gel des tarifs d'autoroute. "Il faut rendre aux automobilistes un peu d'équité tarifaire", expliquait Ségolène Royal en décembre 2014, sur BFM TV. C'est un ancien élu écologiste grenoblois, Raymond Avrillier, qui avait eu vent de cet accord et qui réclamait le droit de pouvoir en connaître les termes. Un gel attaqué en justice par les sociétés d'autoroute qui ont réussi à négocier un accord avec l'Etat. Emmanuel Macron, ministre de l'Economie. Il est signé par Emmanuel Macron et Ségolène Royal. Dans le détail, ces hausses annuelles devraient permettre de compenser les pertes dues au gel de 2015.

C'est une compensation qui risque de coûter cher aux automobilistes. Selon l'Arafer, une autorité indépendante de contrôle, ce sont les automobilistes qui vont devoir régler l'addition, qui s'élèvera à un demi-milliard d'euros de surcoût, soit plus qu'initialement prévu. Selon les sociétés d'autoroutes, " l'Etat a bloqué les tarifs à l'occasion de la hausse prévue au 1 février 2015. "Il y a un arbitrage avec le ministère des Finances".

Contactée par L'Express, l'Association des sociétés d'autoroutes estime que cet accord était et reste "légitime", le gel des tarifs ayant été "contraire aux contrats", il fallait que l'État "compense les effets de cette décision", explique-t-elle. Pourtant, c'est bien la signature de l'ancienne ministre qui figure sur l'accord. "Sur les 800 millions d'euros, il y a 87 millions qui sont des opérations qui figuraient déjà dans les accords initiaux". En plus, 350 millions d'euros de travaux seraient surévalués.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL