Quand les mots des parents blessent les enfants — Vidéo

Pierre Vaugeois
Septembre 12, 2017

Mardi 12 septembre 2017, l'observatoire de la violence éducative ordinaire (OVEO) et l'association Stop VEO, Enfance sans violences ont diffusé mardi 12 septembre 2017 un petit film intitulé "Les mots qui font mal", sur les violences verbales exercées par les parents sur leurs enfants.

"Mais qu'est-ce que j'ai fait pour avoir un fils comme toi!"

"Ce n'est pas possible d'être aussi bête", "Si j'avais su je n'aurais pas eu d'enfant" ou encore "De toute façon, tu as toujours été plus lent que ton frère ": ces phrases prononcées à la va-vite, aussitôt regrettées, blessent pourtant l'enfant qui les reçoit.

Un enfant respecté a toutes ses chances de devenir un adulte respectueux des autres. "Les coups comme les paroles", explique à La Parisienne Gilles Lazimi, coordinateur de la campagne. "Le but n'est pas de culpabiliser mais de réfléchir sur nos pratiques éducatives ".

Après plusieurs campagnes contre les violences physiques, cette première campagne nationale dédiée aux violences verbales a pour objectif de " ne pas minimiser ces phrases que l'on emploie", a-t-il souligné.

"Notre volonté est de créer une véritable prise de conscience sur le fait que les violences éducatives ordinaires envers l'enfant, pratiquées par de nombreux parents et tolérées par la société, qu'elles soient d'ordre psychologique ou physique, peuvent avoir des conséquences sur le développement de l'enfant, compromettre sa confiance et son estime de soi et avoir des conséquences sur l'adulte qu'il deviendra", a écrit Oveo sur son site Internet.

Elles attendent en outre une nouvelle proposition de loi pour bannir les punitions corporelles envers les enfants, la dernière ayant été censurée en début d'année pour des raisons de forme par le Conseil constitutionnel.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL