À Saint-Martin, Emmanuel Macron réside "comme les habitants" de l'île — Irma

Claudine Rigal
Septembre 17, 2017

A peine descendu de l'avion, le chef de l'Etat s'est livré à une sérieuse mise au point face aux critiques de l'action gouvernementale qui se sont élevées depuis la semaine dernière. L'image d'un président solidaire avec les sinistrés de Saint Martin, ravagée à 95% par Irma, avait été relayée par RTL, puis reprise par plusieurs médias, dont Paris Match. L'Élysée tient à le faire savoir: Emmanuel Macron, au chevet depuis mardi de la population des îles dévastées de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, a renoncé pour sa visite au confort des capitons. À la station-service, l'optimisme est de mise, le président Emmanuel Macron est attendu, mais on est surtout satisfait du travail accompli. "J'avais besoin de vous le dire entre quatre yeux" explique-t-elle. "Plus précisément, dans un logement de fonction d'un gendarme, dont la famille était présente". Ils auraient évoqué "un lit de camp pour dormir", ainsi qu'"une toilette faite à l'aide d'un seau", raconte la radio. "Et la caserne bénéficiait de l'électricité par un groupe électrogène".

Selon "Libération", l'entourage du président s'est élevé contre cette restitution "caricaturale" du voyage du président.

Cette conseillère assure qu'elle a choisi elle-même l'endroit où Emmanuel Macron a passé la nuit, dans la maison d'un gendarme en l'occurrence. "L'épouse de ce dernier aurait d'ailleurs été 'très vexée' qu'on aille raconter que son hôte avait passé une nuit particulièrement inconfortable", ajoute le quotidien. Les conseillères presse accompagnant le chef de l'Etat sur l'île "contestent avoir précisé aux journalistes que Macron se contenterait d'un lit de camp et encore moins qu'il se laverait avec un seau". Quand un journaliste lui a demandé s'il comptait se laver dans un bac d'eau de pluie, Emmanuel Macron a répondu qu'il ferait "comme tous les habitants de l'île", qui n'avaient pas l'eau courante.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL