Suspecté de radicalisation, un intervenant écarté d'un collège — Côte-d'Or

Claudine Rigal
Septembre 13, 2017

Un intervenant extérieur en anglais a été écarté mardi d'un collège de Côte-d'Or, officiellement en raison d'un "dossier non complet", a-t-on appris auprès de l'académie tandis que le quotidien Le Bien Public révélait que cet homme est suspecté de radicalisation.

Il aurait été mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste et placé sous contrôle judiciaire. Le trentenaire a été interpellé en juin par les policiers de la BRI (Brigade de recherche et d'intervention) de Bordeaux qui intervenaient dans le cadre d'une enquête sur une filière djihadiste, suspectée de vouloir rejoindre les combattants du groupe État Islamique en Syrie.

" Les éléments du dossier administratif ne [permettaient] pas son maintien", a déclaré encore ce mercredi matin le rectorat. Avec ennuis judiciaires ou sans.

Un porte-parole du rectorat a cependant reconnu que les révélations du Bien Public, qui ont grandement inquiété les parents d'élèves, avaient accéléré les démarches administratives et poussé le professeur en question vers la sortie.

Une semaine après la rentrée scolaire, il n'aura finalement eu le temps d'enseigner l'anglais qu'une seule matinée. Il avait pris ses fonctions mardi matin et il lui a été demandé de partir à la mi-journée.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL