Un nombre de cas doublés en 50 ans — Arthrose du genou

Evrard Martin
Septembre 6, 2017

Aussi surprenant que cela puisse paraître c'est en effet davantage l'évolution de nos modes de vie que l'allongement de l'espérance de vie qui explique cette augmentation significative du nombre de cas d'arthrose.

10 millions de Français souffriraient aujourd'hui d'arthrose, une maladie articulaire conduisant à la destruction du cartilage. Et ce nombre risque d'augmenter encore dans les années à venir.

Le nombre de cas d'arthrose du genou aurait doublé en 50 ans, à cause notamment d'une sédentarité de plus en plus fréquente.

Pour en arriver à cette conclusion, des chercheurs américains et finlandais se sont livrés à la plus vaste comparaison jamais réalisée dans ce domaine. Le résultat est implacable: les squelettes issus de la seconde moitié du 20e siècle sont deux fois plus nombreux à présenter une arthrose par rapport aux squelettes du 19e siècle. Certains squelettes étaient ceux de personnes ayant vécu trois à soixante siècles plus tôt (176 squelettes).

Les scientifiques ont scruté chaque articulation du genou à la recherche des marques d'usure caractéristiques de l'arthrose.

Ces analyses ont permis aux chercheurs de constater que nous souffrons actuellement beaucoup plus d'arthrose que nos grands-parents et que nos ancêtres. Il semblerait même que le nombre de cas d'arthrose du genou ait été au moins multiplié par 1,5 et au plus multiplié par 3,1, entre le début de l'ère industrielle et la seconde moitié du vingtième siècle.

Les routes sont plus dures, mais ce n'est pas là l'explication principale. Les personnes moins actives développent un cartilage plus mince, des muscles plus faibles qui protègent moins les articulations en les stabilisant et en limitant les forces de réaction articulaires.

Même si une telle étude rétrospective ne permet pas de connaître avec certitudes les causes, les auteurs avancent qu'une telle évolution ne peut être liée qu'à des facteurs environnementaux à l'origine d'efforts plus importants au niveau des articulations et/ou à une faiblesse induite des tissus articulaires.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL