Wall Street prête à ouvrir en légère hausse

Xavier Trudeau
Septembre 20, 2017

Les investisseurs guetteront en outre tout indice venu de la banque centrale américaine les renseignant sur la probabilité d'une nouvelle hausse des taux avant la fin de l'année.

La cote parisienne reste arrimée près de l'équilibre depuis l'ouverture.

"Les marchés boursiers européens offrent aujourd'hui (mardi) un tableau mitigé alors qu'il n'y a pas eu de changement majeur dans l'environnement politique ou macroéconomique mondial", a estimé David Madden, un analyste de CMC Markets.

La Bourse de Paris a fini en légère hausse (+0,30%) lundi, abordant positivement une semaine sous le signe de la politique monétaire américaine avec au menu une réunion la Réserve fédérale américaine.

En cessant de réinvestir dans les titres arrivant à maturité, il s'agit pour la Fed de diminuer le volume massif de bons du Trésor et autres titres obligataires qu'elle a amassés après la récession de 2009 pour soutenir la reprise économique.

Les investisseurs seront également à l'affût de tout indice concernant une nouvelle hausse de taux directeurs, et l'avenir de la présidente de la Fed, Janet Yellen, dont le mandat expire en février 2018.

Le seul indicateur du jour, l'indice NAHB, le baromètre mensuel mesurant la confiance des constructeurs immobiliers retombe à 64 en septembre contre 67 en juillet et 68 anticipé.

Outre-Atlantique, les prix des produits importés sont nettement repartis à la hausse en août du fait d'un rebond des prix de l'énergie tandis que les mises en chantier de logements ont légèrement baissé ce même mois.

Ces chiffres n'ont guère ému les marchés, qui n'ont pas réagi non plus à l'annonce d'une augmentation du déficit des comptes courants aux Etats-Unis au deuxième trimestre, ni à celle d'une hausse des prix à l'importation le mois dernier.

Aux valeurs, Orbital ATK a bondi de 20,2%, en raison de l'annonce de son acquisition par le groupe d'aéronautique et de défense Northrop Grumman, qui lui progresse de 3,35%.

Solvay: Le groupe chimique belge vend son activité polyamides au groupe chimique allemand BASF pour environ 1,1 milliard d'euros.

Le producteur de puces graphiques Nvidia affiche un gain de plus de 4%, ayant bénéficié de relèvements d'objectif de cours en raison de ses avancées en matière d'intelligence artificielle.

La livre sterling recule de son côté d'autour de 0,6% face au dollar comme à l'euro après sa forte hausse de vendredi, motivée par les anticipations de hausse de taux dans les prochains mois et qui l'a portée à son plus haut niveau depuis juin 2016, au lendemain du vote pour une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL