Cartel du lino: les 3 grands fabricants français mis à l'amende

Xavier Trudeau
Octobre 19, 2017

L'Autorité de la concurrence a sévi. Un porte-parole joint par téléphone a souligné que les pratiques sanctionnées se limitaient au marché français et que les dirigeants impliqués avaient tous quitté le groupe. Le directeur général de Tarkett, pour sa part, explique qu'il y avait "un accord selon lequel il ne fallait pas aller en dessous de ces prix planchers, ces derniers étant peu ou prou équivalents entre Forbo, Gerflor et Tarkett". Neuf lignes téléphoniques occultes dédiées En tout, une trentaine de réunions ont eu lieu pour mettre en place cette entente, d'abord en marge des réunions officielles du SFEC ou dans un café proche des locaux du syndicat. Elles ont ensuite passé un nouveau cap, à partir de 2001 jusqu'à 2011, en discutant de la hausse des prix pratiquée par chacun, et de tarifs minimums pour chaque catégorie de revêtements.

Politique de recrutement, gestion de la relation clients étaient aussi au menu des réunions secrètes dans des hôtels à Paris ou en province.

En dépit de mesures de clémence, Tarkett et Forbo, écopent des plus lourdes amendes, 165 millions et 75 millions d'euros. Des faits de contournement de la concurrence qui sont, bien entendu, passibles d'une condamnation. L'Autorité précise que "ni les entreprises, ni le syndicat n'ont contesté les faits", qui ont duré 23 ans pour l'une d'elles, 9 et 10 ans pour les deux autres. Gerflor devra acquitter 62 millions, et le SFEC, 300 000 euros.

Le groupe, qui avait déjà provisionné 150 millions d'euros en juillet, "comptabilisera une charge additionnelle de 15 millions au quatrième trimestre" et assure qu'il "va renforcer son programme de conformité existant". Cet élément exceptionnel "ne remet pas en cause les objectifs financiers du plan stratégique 2020, ni la capacité du groupe à respecter ses engagements financiers", a précisé Tarkett dans son communiqué.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL