Des blessés de l'attentat de Mogadiscio soignés en Turquie — Somalie

Claudine Rigal
Octobre 19, 2017

Le ministère qatarien des Affaires étrangères a, lui, indiqué dimanche sur son compte Twitter que sa mission à Mogadiscio avait été touchée et gravement endommagée par l'explosion, et son chargé d'affaires blessé. Les explosifs ont été activés alors qu'un des deux véhicules - un camion selon certains témoignages - a été arrêté à un check-point pour être fouillé.

"Veuillez accepter nos sincères condoléances pour les conséquences tragiques de l'attentat terroriste commis dans la capitale de votre pays". A l'heure de publication, les opérations de secours sont toujours en cours.

Le souffle, qui a brisé des vitres à près d'un kilomètre à la ronde, a laissé de nombreux corps calcinés ou déchiquetés.

" Tous les hôpitaux de Mogadiscio sont remplis des victimes de l'explosion".

Un visage restera peut-être dans les mémoires.

Parmi les personnes identifiées, l'une des victimes était un étudiant en médecine qui devait obtenir son diplôme le lendemain. Comme des centaines d'autres, sa vie s'est arrêtée hier à l'heure de la déflagration.

15h02: Après avoir visité dimanche matin l'hôpital Erdogan, dans lequel on été admis plus de 200 blessés, le président Mohamed Abdullahi Mohamed, a décrété un deuil national de trois jours. De leur côté, malgré leur présence dans le pays, ni l'Union Européenne, ni les Etats-Unis n'ont réagi à l'attentat ou proposé leur aide alors que le bilan ne pourra que s'alourdir.

Certains blessés ont été évacués vers la Turquie pour y être soignés, ont déclaré des responsables. Mais le président Farmajo a d'emblée accusé les chebabs, ces insurgés islamistes proches d'Al-Qaida qui s'opposent au pouvoir de Mogadiscio depuis 2006.

Pour l'instant, aucun groupe terroriste n'a revendiqué cette attaque.

Qui sont les al-Shabab?

"Al Shabaab", qui signifie la jeunesse, est un mouvement de combattants islamistes né il y a une dizaine d'années, au milieu des années 2000, de la fusion de plusieurs groupes armés somaliens, issu notamment de la fraction la plus dure de l'Union des tribunaux islamiques.

Ce mouvement est né dans un Etat, la Somalie, en proie à des affrontements claniques et à une situation politique chaotique depuis 25 ans, depuis 1991 et classé parmi les plus corrompus au monde.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL